S'identifier S'abonner

Tour de France: au cœur du départ festif de Seraing (vidéos)

La 4e étape de la Grande Boucle s’élançait encore de Belgique ce matin. Reportage.

Journaliste

Par Bastien Doyen

Temps de lecture: 3 min

Neuf heures tapantes, on débarque à la gare de Flémalle-Haute, comme conseillée par la SNCB. À l’horizon ? Aucune trace du passage du Tour de France : pas une indication, rien. Un passant guidera tant bien que mal la dizaine de personnes descendues spécialement du train. Une trotte de deux kilomètres plus tard, la zone de départ pointe le bout de son nez. La ligne de départ, son podium et le premier kilomètre de cette 4ème étape derrière les barrières Nadar à droite, et le plateau de l’émission « Village Départ » de France 3, qui fête ses 10 ans cette année, à gauche.

On découvre, petit à petit le (petit) site. La boutique des équipes par là, la boutique officielle du Tour par ci, des géants, des sorcières et des marchands ambulants un peu plus loin : et… c’est tout. À vrai dire, on reste sur notre faim en tant que spectateur non-invité au sein du Village VIP.« C’est bien comme ça, il ne faut pas plus : sinon cela voudrait dire que l’argent a pris le dessus sur le sport », nous rétorque un inconditionnel.

D’accord, on s’en contentera. Il est dix heures, c’est le moment choisi par la caravane publicitaire pour lancer son défilé de véhicules à n’en plus finir, mais qui font le bonheur des petits et des grands.

Les représentants s’en donnent à cœur joie, bien accrochés à leur char avec un harnais de sécurité obligatoire, pour lancer les traditionnels cadeaux promotionnels aux 10.000 spectateurs qui ont fait le déplacement.

On nous promettait un divertissement de 45 minutes, il n’aura véritablement duré que 20 minutes. On retourne flâner, pour patienter. Le speaker, lui, tente d’emballer les fans à coup de quiz tandis que le personnel du Tour, inlassablement sur les routes pendant 3 semaines à vendre le package officiel, n’est pas autorisé à nous répondre.

Le roi Philippe au départ

Le temps passe, le roi Philippe débarque sous nos yeux à une heure du départ qu’il doit donner. Seraing lui réserve un accueil timide, Eddy Merckx se montre plus chaleureux.

Pas le temps de traîner, ces messieurs sont attendus. Notre héros du cyclisme file prendre un bain de foule en enregistrant une séquence de l’émission de « Village Départ » avec Plastic Bertrand, avant de s’en aller remplir d’autres obligations.

27 secondes de plaisir

Sur le podium, les coureurs signent la feuille de départ les uns après les autres. Sans grand enthousiasme, concédons-le. Midi approche, on s’éloigne de la cohue pour prendre position. Certains ont pris de la hauteur en grimpant sur des murs, d’autres carrément sur leur mobile-home.

Les suiveurs se lancent vers Cambrai, le peloton suit : ça y est, le départ est donné. Les coureurs foncent à toute allure vers nous, et s’éloignent aussi vite. Le plaisir aura duré 27 secondes. Super. Génial. Et maintenant ? On rentre chez soi voir la suite à la télévision… C’est aussi ça, la magie du Tour de France.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP