Les gardiens des prisons de Bruges, Ypres et Ruiselede se croiseront les bras lundi

Temps de lecture: 1 min

Lundi, les gardiens des prisons de Bruges, Ypres et Ruiselede tiendront une action de grève, tout comme cela avait été le cas vendredi, a confirmé samedi le syndicat ACOD (CGSP). Les gardiens veulent entre autres protester contre ce qu’ils estiment être un manque de personnel.

« La sécurité ne peut plus être garantie »

Vendredi, ils avaient déjà observé un arrêt, indiquant ne plus pouvoir supporter la charge de travail. «A Bruges, 530 personnes devraient se charger de la surveillance, mais elles ne sont que 500 actuellement», indique Rudy Delaere, de l’ACOD-CGSP. «D’ici à 2019, nous devons économiser 10% sur le personnel. A Bruges, nous sommes à 6% actuellement et la sécurité ne peut déjà plus être garantie».

Les problèmes sont similaires à Ypres, les travailleurs demandant de nouvelles recrues mais les embauches étant gelées. La prison de Ruiselede participe quant à elle à l’action en signe de solidarité avec les deux premières.

Outre un manque de personnel, les vêtements sont également au centre de protestations. «Certains gardiens doivent venir travailler avec leurs vêtements de tous les jours. Même les chaussures, ils doivent les acheter eux-mêmes et ne sont pas remboursés. Ce sont de petites choses mais, toutes ensemble, elles créent de gros problèmes», indique encore Delaere.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une