La Petite Foire, l’autre modèle agricole

Dans deux jours, Libramont sera en effervescence. Place à la Foire, mais aussi à la Petite Foire de Semel, à quelques jets de patate de là. Depuis 2011, la Petite Foire s’organise « en contre-pied de la vision productiviste, mercantiliste et industrielle de l’agriculture telle que surreprésentée à Libramont », disent ses organisateurs. La Colupa a lancé l’initiative mais depuis deux ans, le Mouvement d’Action Paysanne (MAP) a repris logiquement en mains cet événement. « Derrière notre mouvement, un nombre croissant de producteurs qui se sont engagés pour porter le projet d’un autre modèle agricole dont la Petite Foire est le portail de contestation positive, le temps d’un week-end », indique-t-il.

L’an dernier, 3.500 personnes sont passées par la ferme Bufflardenne de Semel. « On veut montrer que des alternatives sont possibles, disent Bernard et Marie de la ferme du Wez. On en parle toute l’année, de cette fête, et cela se construit au fil des semaines. Il y a une demande car c’est le seul endroit de Wallonie où l’agriculture paysanne a une telle vitrine. Ici, le public ne vient pas faire son marché, mais vient pour les échanges d’informations, les rencontres, les partages d’expérience, note Laurence, bénévole au MAP. Les stands sont autonomes. Les paysans-producteurs nous contactent, et on accepte leur venue en fonction d’une charte éthique. Il faut être producteur et pas seulement revendeur. On analyse donc les dossiers. Ceux qui vont à la “Grande Foire” sont exclus d’ici. On ne peut être des deux esprits à la fois, il faut de la cohérence. La Petite Foire, c’est une histoire de partenariats. Nous sommes une soixantaine. »

On le voit, les paysans savent ce qu’ils veulent. « En encourageant la visibilité du travail et de la réalité des petits producteurs et artisans paysans, notre Foire rappelle que manger est un choix politique et citoyen qui a des répercussions tant sur la qualité de vie au nord qu’au sud. Nous rappelons que face au lobby des banques et de l’agro-business, il existe des alternatives qui tendent vers une agriculture à échelle humaine, durable, équitable et viable. »

Pendant deux jours, la Petite Foire vivra donc au rythme d’un petit marché des paysans, avec une vingtaine de fermes présentes, et des artisans. On pourra aussi y suivre des infos sur la filière laine (tonte, atelier filage et feutrage, etc.), découvrir la traction animale avec ânes et chevaux, le filage de la mozzarella au lait de bufflonnes.

Mais il y aura aussi un aspect culturel, avec projection du film AlimenTerre, des conférences, des concerts. Autre thématique, des stands animés, allant d’un atelier pain et fabrication de ses produits d’entretien à des débats sur le système participatif de garantie ou la finance alternative avec l’Epi lorrain. On le voit, la Petite Foire sera riche d’idées et d’événements conviviaux et festifs.

« La 5e Petite Foire » se déroule les 25 et 26 juillet à la ferme Bufflardenne à Semel (entre Neufchâteau et Verlaine, sortie 26 sur l’E.411). Entrée et camping gratuits.

Infos : http://lapetitefoire.lemap.be/