Risque de pénurie de vaccins anti-grippe

actif contre 4 souches du virus déstabilise le marché. Et pourrait en priver certains patients.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Ce devait être une arme de plus contre la grippe qui tue chaque année plusieurs milliers de Belges : pour la première fois cet automne, on pourra utiliser en Belgique un vaccin qui contient quatre souches différentes de virus, là où l’on est d’habitude limité à trois. Jusqu’à présent, chaque vaccin contenait deux souches de virus de type A et une souche de type B. Mais il est particulièrement difficile d’anticiper, au moment de démarrer la fabrication, quelle sera la souche de type B qui sera dominante sur les deux qui circulent. Du coup, un an sur deux, le vaccin est inactif pour cette partie des virus.

L’arrivée d’un virus quadrivalent efface donc ce risque. Pour le professeur Marc Van Ranst (KUL), disposer d’un tel vaccin est réclamé depuis de nombreuses années par l’OMS, car « cela supprime le risque du hasard présent dans les vaccins trivalents ». Comme les spécialistes reconnaissent qu’il n’entraîne pas d’effets secondaires spécifiques, on s’attend à ce que les patients optent largement pour ce vaccin baptisé « Alpharix Tetra » et produit par le belge GSK. Au point de créer une telle demande… qu’il en manquerait peut-être pour les patients prioritaires, notamment les plus de 65 ans et les malades chroniques. Le producteur assure qu’il pourra produire plus de la moitié des deux millions de doses dispensées chaque année. Mais le secret prévaut sur la manière dont ses concurrents, producteurs de vaccins « traditionnels » trivalents, ont anticipé ce succès. La pénurie pourrait venir du fait qu’ils ont anticipativement diminué leur offre. Or, il faut six mois pour produire un vaccin et il est impossible d’adapter l’offre à la demande au cœur de la saison de vaccination.

Le plus piquant, c’est que le gain exact donné par ce vaccin « à quatre souches » ne pourra être évalué qu’au fil des années, en fonction de la présence du virus de type B. La controverse divise les spécialistes. Au point que le Conseil supérieur de la santé ne tranchera pas sur le poids réel de cet avantage… avant la prochaine grippe.

► Explications et analyse dans notre édition numérique.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une