TVA sur l’électricité: désaccord sur un blocage dans l’index

Le relèvement du taux de TVA sur l’électricité, décidé par le gouvernement la semaine dernière fait l’objet de divergences de vues au sein de la coalition suédoise.

Sur un élément essentiel : faut-il retirer la hausse de la facture de l’électricité du calcul de l’index ?

Il n’y a pas d’unanimité au gouvernement sur la question. Certains partis y sont favorables, le CD&V est contre. Cet épineux problème n’a manifestement pas été tranché dans la dernière nuit de discussion, vendredi matin. « La décision n’est pas prise à ce stade », précise le porte-parole de Charles Michel. « Les évaluations exactes de l’impact de la hausse de la TVA sur l’index ne sont pas encore disponibles, il n’y a donc pas lieu de décider à ce stade ».

► L’avis du Soir : « Une hausse de la TVA sur l’électricité n’a pas un effet positif sur l’économie »

Pour les ménages, une différence importante sur le long-terme

La question est toutefois importante pour les ménages. En augmentant le prix de l’électricité, l’indice-santé est affecté à la hausse. Cela signifie que le passage de l’indice sera plus rapide que prévu. Et, en Belgique, comme les salaires sont automatiquement liés à l’index, cela veut dire que les salaires augmenteront plus vite que prévu, avec un coût pour l’Etat qui paye les salaires de fonctionnaires. Les ménages eux, seraient avantagés puisque la hausse de la TVA sur l’électricité serait compensée en partie par une hausse plus rapide des rémunérations.

D’où l’idée de « neutraliser » la hausse de l’électricité dans l’index. Comme cela, rien ne change, l’index ne bouge pas et le gouvernement ne voit pas sa facture salariale augmenter. Précisons que pour les ménages, à court terme, tout ceci ne changerait pas grand-chose puisqu’un saut d’index est d’application. Mais sur le long terme, la différence serait importante.