Goblet: «L’allocation universelle, c’est la fin de la concertation sociale»

Le gouvernement finlandais a inscrit le revenu pour tous dans sa déclaration de politique générale. D’autres pays y pensent ou l’esquissent. Que faut-il en penser ?

Est-elle l’avenir de la sécurité sociale ?

Est-elle finançable en Belgique ?

Est-ce même souhaitable ? Pour les partisans de l’allocation universelle, tel Philippe Van Parijs, cette dernière incarnerait un véritable « instrument de liberté » offrant à chaque individu, « en particulier à ceux qui en ont le moins, davantage d’options pour choisir le type d’existence qu’ils souhaitent mener. »

Mais l’allocation universelle, que l’on définit comme «  un revenu versé par une communauté politique à tous ses membres, sur une base individuelle, sans conditions de ressources ni obligation de travail » trouve des détracteurs. À gauche aussi, voire surtout.

Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB, nous a fait part de son opposition à cette idée. « Ce serait une remise en cause du système de sécurité sociale », estime-t-il, « parce que cela voudrait dire que l’allocation universelle ne relèverait plus des cotisations sociales mais serait une forme de revenu d’insertion comme ceux octroyés par les CPAS. Mais elle serait entièrement dans les mains du politique et ne ferait plus l’objet d’une négociation paritaire » entre partenaires sociaux. « Elle signifierait très clairement la fin de la concertation sociale », avance Marc Goblet. Pour lui, il faut rester dans le cadre actuel, et aller dans le sens d’une « individualisation des droits, en finir avec les notions de chef de ménage, de cohabitants, pour permettre aux gens de vivre décemment et dignement. Les gens ont cotisé individuellement, il n’y a pas de raison que leurs allocations diffèrent à cause de leur situation familiale. »

Il rejoint en cela Michel Jadot, président de l’Union nationale des mutualités socialistes. « Le principe d’une allocation universelle ne ferait que remettre en cause les fondements de l’État providence et engendrerait une société duale », écrivait-il fin mai dans une carte blanche publiée dans Le Soir.

►Lire la carte blanche : L’allocation universelle, monstre du Loch Ness

Sur le même sujet
PolitiqueBelgique