Kris Peeters met en garde ses partenaires de gouvernement

Le vice-Premier ministre CD&V revient sur « les négociations très dures » sur le tax shift et le budget. Entretien.

Temps de lecture: 2 min

Le vice-Premier CD&V, Kris Peeters, invite ses partenaires au gouvernement à rester très attentif aux considérations sociales dans les réformes actuellement entreprises. « Il y a une ligne à ne pas dépasser », lance-t-il dans l’interview qu’il accorde au Soir à l’adresse de ses partenaires VLD et N-VA.

Son parti est apparu comme affaibli après les négociations du Tax Shift ? Il réagit. « Ce n’est pas toujours facile de convaincre les autres partenaires du gouvernement qu’un dialogue social est nécessaire pour avoir des mesures durables. »

Il révèle aussi que, durant la négociation, le CD&V a dû faire barrage contre des mesures touchant les chômeurs. « A certains moments des partenaires au gouvernement ont voulu accroître la dégressivité des allocations de chômage, également organiser un contrôle des ressources, par exemple pour vérifier si un chômeur a une maison, et supprimer ainsi ses allocations. »

Le CD&V, parti de gauche ? Le vice-Premier ne va pas jusque-là. « Etre convaincus qu’il est nécessaire de prendre des mesures justes, que les partenaires sociaux sont très importants, mon avis, ce n’est pas être à gauche, c’est normal, équilibré. »

Malgré cet avertissement, avant une rentrée qui s’annonce socialement chaude, Kris Peeters entend rester dans la coalition, et lui garde sa confiance. « Oui, oui, évidemment. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une