Liège. Logo des JO: une plainte a été déposée

Le créateur et le Théâtre de Liège mettent en demeure

Temps de lecture: 2 min

L’étrange similitude du logo des Jeux olympiques de Tokyo en 2020 et celui du Théâtre de Liège : voici la suite et sans doute pas la fin !

Les avocats du créateur liégeois du logo, Olivier Debie, et du commanditaire, à savoir le Théâtre de Liège, ont envoyé hier une mise en demeure au Comité international olympique (CIO) à Lausanne ainsi qu’au comité olympique japonais à Tokyo.

Après avoir rappelé ce qui provoque la terrible ressemblance entre les deux logos et l’antériorité de l’œuvre liégeoise, Maîtres Philippe Mottard (pour l’auteur) et Alain Berenboom (pour le Théâtre de Liège) les mettent en demeure « de faire cesser dans les huit jours toute reproduction ou communication sur tout support de quelque nature qu’il soit du logo Tokyo 2020 tel qu’incriminé. »

Et que se passera-t-il si les comités olympiques japonais et international ne se plient pas à cette demande ? « A défaut, écrivent-ils, nous avons reçu pour instruction de diligenter une action de faire cesser cette utilisation devant les tribunaux compétents, sous peine d’astreinte. »

La procédure juridique est donc lancée. Pour Olivier Debie et le Théâtre de Liège, il ne fait plus aucun doute que leur logo a été copié par Kenjiro Sano, le designer japonais des JO.

Après une semaine de mutisme, ce dernier a pourtant publié hier un communiqué dans lequel il affirme « ne rien savoir de l’emblème du théâtre belge ».

Que va-t-il dès lors se passer ? Soit le Comité olympique accède à cette demande, ce qui paraît peu probable vu la campagne de communication mondiale mise en place pour les Jeux olympiques. Soit il la conteste devant les tribunaux et on est parti pour une bagarre d’experts dont nul ne peut savoir où elle mènera. Soit les deux parties s’arrangent à l’amiable, moyennant solides compensations. C’est sans doute le scénario le plus plausible. Un scénario qui mettra « du beurre dans les épinards » du créateur et du Théâtre de Liège…

Mais nonobstant cela, la publicité qui leur est faite depuis trois jours, non seulement au Japon, mais dans la plupart des médias internationaux, vaut à elle seule son pesant de… yens !

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une