Limiter la vitesse à 90 km/h sur les autoroutes? Dans les zones à risques pour l’IBSR

L’Institut belge pour la sécurité routière ne plaide pas spécialement pour une réduction de la vitesse à 90 km/h sur les autoroutes belges, alors que Ségolène Royal accepterait volontiers de donner ce pouvoir décisionnel aux maires français qui le souhaiteraient afin de lutter contre la polution. «  Il faut que la vitesse autorisée respecte une logique. Par exemple, sur le viaduc de Vilvorde, une zone considérée comme à risques, la vitesse est déjà réduite à 90km/h alors qu’elle est supérieure ailleurs sur le ring», dit-on. « Mais il est évident qu’une baisse de la vitesse améliore la sécurité routière. »

« Le code de la route impose déjà d’adapter ses vitesses »

Et si la solution était d’installer des panneaux dynamiques qui permettent d’adapter la limitation de vitesse instanténement en fonction des circonstances ? «Le code de la route précise déjà qu’il faut adapter sa vitesse aux conditions », rappelle-t-on du côté de l’IBSR. « Par ailleurs, on constate que beaucoup d’automobilistes ne respectent pas cette signalisation. Pour faire respecter une limitation, il faut que l’infrasctructure routière soit adaptée. Ce qui n’est pas toujours le cas. Il faut absolument investir dans un aménagement spécifique lorsque l’on souhaite diminuer la vitesse autorisée.»

Si Touring appelle à une grande évaluation des limitations de vitesse existantes, l’IBSR précise qu’aucune discussion sur la question n’est prévue à l’heure actuelle.