À l’hôpital des migrants de Calais, on se débrouille comme on peut