Les Compagnons Bâtisseurs à l’ouvrage

L’association, qu’il ne faut pas confondre avec le réseau français du même nom, accueille des dizaines de jeunes volontaires durant l’été. Au menu, des chantiers de construction ou de rénovation, et des projets sociaux.

Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 3 min

Saint-Hubert, La Roche, Opont, Rendeux, Lafosse, autant de villes et villages qui ont vu durant ce mois de juillet des chantiers effectués par l’ASBL des Compagnons Bâtisseurs. Et durant ce mois d’août, d’autres équipes internationales sont à pied d’œuvre au centre Fedasil de Sugny et à Marche-en-Famenne, à l’appel du Grimm, le Groupe d’intérêt pour le milieu marchois.

Durant ces chantiers, l’ASBL accueille des jeunes volontaires tel un service volontaire international, dans un esprit interculturel d’échange, pour des travaux manuels ou sociaux.

«  Tous nos projets s’organisent en partenariat avec des associations ou organismes publics qui ont une philosophie qui cadre avec nos objectifs, commente Céline Culot, chargé de communication à l’ASBL basée à Marche-en-Famenne depuis 1977. Ces partenaires doivent donc s’investir dans l’accueil d’un groupe de jeunes venus des 4 coins du monde, mais surtout d’Europe. Les jeunes paient une cotisation à leur ASBL nationale, environ 100 euros, plus le voyage, et sur place, ils sont nourris et logés par le bailleur d’ouvrage qui doit les encadrer durant leur séjour. »

Ainsi, à Marche, depuis ce 1er août et pour 15 jours, une équipe de volontaires s’active à des tâches manuelles et de maintenance environnementale. Ils sont 15, venus d’Allemagne, Belgique, Corée du Sud, Espagne, France, Grèce, Japon, Pays de Galles et Maroc. Leur objectif porte sur la restauration de la fontaine des Malades (près du Centre culturel), la construction d’un préau et d’une nouvelle passerelle à Lignières, le nettoyage du Batardeau, l’enlèvement d’embâcles du Biran, l’amélioration d’une mare refuge à grenouilles, l’entretien de l’épuration du Spéléo-Lux et la protection d’arbres fruitiers à Roy. Ce projet est porté par l’ASBL GRIMM, active dans la préservation du milieu naturel marchois, avec le soutien et l’appui logistique de la Ville.

En juillet et août, les Compagnons Bâtisseurs ont coordonné 14 projets de ce type, toujours avec les mêmes objectifs qui visent l’épanouissement des jeunes, à susciter des rencontres au-delà des différences, l’engagement citoyen et la promotion du volontariat et un certain apprentissage sur le terrain.

A noter que 23 jeunes sont déjà venus à Marche en juillet, pour un échange baptisé « Pipes of peace ». Le projet visait à analyser les techniques de propagande utilisées pendant la première guerre mondiale. Ils y ont réalisé une exposition sur le thème de la paix et de la solidarité. Durant ce séjour, ils ont pu visiter divers hauts lieux liés à la mémoire et aux dramatiques faits de la « Grande Guerre ».

Cette formule de voyage atypique, alliant travail et plaisir, engagement volontaire et interculturalité, ne se déroule d’ailleurs pas qu’en Belgique. Cet été, plus de 200 jeunes volontaires belges sont partis ou partent à l’étranger par le biais de l’ASBL. « Nous préparons ces voyages un an à l’avance, poursuit Céline Culot. Ceux-ci peuvent avoir lieu durant les vacances scolaires, mais il existe également des chantiers le week-end en Belgique et d’autres projets avec des personnes en situation de handicap, plus des formations d’animateurs. »

L’association des Compagnons Bâtisseurs, qu’il ne faut pas confondre avec le réseau français des Compagnons bâtisseurs qui apprennent des métiers liés à la restauration du patrimoine et à la construction, est une organisation de jeunesse reconnue par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Infos : Compagnons Bâtisseurs ASBL, 9 place Roi Albert à Marche : 084-31.44.13 et www.compagnonsbatisseurs.be

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une