Le piétonnier à Bruxelles, un espace «pour les hommes»?

Les femmes se sentent-elles en sécurité sur le piétonnier ? C’est la question que l’association Garance, qui a pour but de se concentrer sur les violences faites aux femmes, a l’intention de suivre de près en vue des aménagements définitifs qui seront entrepris d’ici 2018.

Dans une brochure, Garance recommande ainsi aux urbanistes de mieux réfléchir au type de mobilier urbain installé, que les hommes semblent davantage occuper mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions. Le souhait émis est de mieux prendre en considération le point de vue des femmes. « Le mobilier urbain est toujours utilisé par les hommes. Les femmes n’ont soit pas le temps de s’y poser, soit les hommes ont l’impression qu’elles envoient un message de disponibilité. Or, ce n’est pas le cas. Il faut travailler sur cette perception genrée de l’espace public. »

>>> A lire dans notre édition abonnés : les femmes sont-elles en sécurité sur le piétonnier ?

Quel mobilier urbain plaît aux femmes ?

Certains jeux plairaient ainsi davantage aux femmes. Elles auraient aussi des préférences pour un type de végétation : des plantes vivaces qui n’obstruent pas la vue. Alors, le mobilier urbain actuel est-il « sexiste » sur le piétonnier ? Quels aménagements ou adaptations doivent être réalisés pour davantage rassurer les femmes ?

L’avis des internautes

Le débat est ouvert sur notre page Facebook, et via les commentaires ci-dessous. « Piétonnier ou pas, cela fait des années que ce quartier est difficile pour les femmes », affirme Marc V. De son côté, Gyslaine E. estime que si problème il y a, il ne vient pas du mobilier urbain. « C’est se tromper de problème. Les femmes veulent juste être en tranquilles, en sécurité, dans un lieu agréable et bien pensé. Du coup, améliorer la sécurité et une meilleure tenue générale devraient être suffisants. »

« La problématique est intéressante. Dans un mondre où l’on tente d’effacer les différences entre hommes et femmes, on se rend davantage compte de la particularité de chacun. Ce serait intéressant de commencer à la respecter dans tous les domaines de vie : notre identité est bien sexuée », ajoute Marnix C. D’autres internautes crient à la paranoïa.