Avec ManU, Bruges tient l’affiche de sa saison

En évitant le piège du Panathinaikos et en se qualifiant pour les barrages de la Ligue des champions, le FC Bruges était bien conscient qu’un gros morceau l’attendait. Avec des sentiments partagés entre la volonté d’affronter une pointure jouable comme le Sporting Lisbonne, voire d’éviter un voyage ennuyeux à Donetsk comme le disait Vazquez, ou le rêve d’une affiche qui fait fantasmer tous les joueurs. Les mains innocentes de l’UEFA ont opté pour la troisième solution en sortant le nom de Manchester United devant celui du vice-champion de Belgique.

A l’heure de réagir sur ce tirage, ce n’est pas le mot qualification qui est revenu dans les déclarations des Blauw en Zwart. Mais bien celui d’Old Trafford. A l’image de Tuur Dierckx. « Un rêve d’enfant se réalise. C’est unique de pouvoir jouer sur ce gazon et j’espère que j’aurai la chance d’avoir quelques minutes de temps de jeu à l’aller. » Après, il y aura le retour pour lequel les Brugeois voudront certainement conserver un certain intérêt puisque comme le disait Simons, qui, dans sa longue carrière, n’a jamais affronté les Red Devils : « C’est un défi pour les joueurs mais aussi une belle récompense pour nos supporters. » En effet, il est d’ores et déjà certain que les billets vont s’arracher à la vitesse de l’éclair.

Le défi qui attend la bande à Preud’homme est de taille. Un simple regard dans le rétroviseur suffit à rendre compte de l’ampleur de la tâche qui l’attend à Old Trafford où Anderlecht, par exemple, s’est déplacé à trois reprises pour de sérieuses désillusions : 10-0 le 26 septembre 1956, 3-0 le 13 novembre 1968 et 5-1 le 13 septembre 2000. Tout est dit tant les équipes belges ne boxent pas dans la même catégorie quand on sait, par exemple, que les Mancuniens ont dépensé douze fois plus que les Brugeois, cet été, sur le marché des transferts. Avec une raison évidente : ne plus louper le train de la Ligue des champions. En effet, septième du championnat 2013-2014, Manchester United avait été privé de C1 la saison dernière après 19 saisons de présence continue. Autant écrire qu’un tel affront ne peut pas se reproduire pour ce club coté en bourse.

Pour y arriver, le club de Louis van Gaal, qui se souvient d’ailleurs avoir commencé sa carrière de footballeur à l’Antwerp contre le FC Bruges, a été actif sur le marché des transferts. Les départs d’éléments tels qu’Angel Di Maria ou Robin van Persie ont été actés. Il n’en fallait pas plus pour que les Mancuniens fassent fonctionner la planche à billets pour attirer le défenseur Darmian, les médians Schweinsteiger et Schneiderlin sans oublier un attaquant en la personne de Depay. De quoi enrichir le noyau d’un club prestigieux dans lequel, personne ne l’oublie, on retrouve toujours Januzaj et Fellaini qui aura peut-être l’occasion de commencer sa saison à cette occasion puisqu’il est suspendu pour les trois premiers matchs de championnat.

« La question traditionnelle après un tirage au sort est toujours de savoir si on a une chance, souligne Michel Preud’homme. Moi je réponds que je dois d’abord analyser le jeu adverse avant de me prononcer. »

Un coach qui sait bien que, d’ici le 18 août, toute l’attention sera focalisée sur le déplacement à Old Trafford alors que lui n’oublie pas qu’avant cela il y aura le déplacement à Charleroi et la visite de Courtrai. En sachant qu’il va avoir bien du mal à amener tout le monde à se concentrer sur les objectifs immédiats avant de rêver de jouer à Old Trafford. Car cette pelouse, ils voudront tous la fouler. Comme le feront les Mancuniens, ce week-end, pour la première fois de la saison en accueillant Tottenham.