C’est vous qui le dites: «Réduire le temps de travail, une idée aguichante»

Les faits

Le secrétaire général de la FGTB ne veut pas perdre de temps. À peine rentré de vacances, Marc Goblet repart à l’attaque et avance de nouveaux projets pour le prochain Groupe des Dix, qui aura lieu le 20 et le 21 août. « Je vais lancer une piste sur la réduction collective du temps de travail. En utilisant une partie des réductions de cotisations sociales, ce seront donc des libertés dans les entreprises. Mais en disant que ça doit être pour le maintien du revenu pour le travailleur, de l’embauche compensatoire et un coût neutre pour l’entreprise. »

Si le syndicaliste préfère garder le détail pour ses partenaires, il lève un coin du voile pour Le Soir. « J’ai fait l’exemple d’un passage de 38 heures à 32 heures, donc de cinq jours à quatre jours par semaine. L’idée, c’est notamment par rapport aux travailleurs âgés pour les garder au travail plus longtemps. »

À lire : notre entretien avec Marc Goblet

C’est vous qui le dites

Vous avez été nombreux à répondre à notre sondage. Sur plus de 1600 suffrages exprimés, les résultats étaient partagés. La réduction du temps de travail permettra-t-elle de maintenir les seniors dans l’emploi ? Égalité quasi parfaite dans les réponses (48 % de oui, 47 % de non). En revanche vous êtes un peu plus nombreux à estimer que cela permettrait de créer de l’emploi : 52 % contre 45 % qui pensent que non. Enfin, à l’instar de Marc Goblet dans son interview au « Soir », vous pensez majoritairement (à 54 % contre 35 %) que le tax shift n’aura aucun effet notable sur le taux d’emploi.

Vos réactions sur le sujet sont très tranchées. Il y a d’abord ceux qui n’y croient pas. La réduction du temps de travail ? « Une idée vieille comme le monde, s’exclame Claude Lustier. Dans les années 70, elle fut expérimentée avec le flop que l’on sait en termes de création d’emploi, voire maintien des seniors le plus longtemps possible au travail. Monsieur Goblet se garde bien de préciser si l’idée consiste à diminuer le nombre d’heures prestées pour une même charge de travail et le même salaire ou une diminution. »

Même son de cloche du côté d’Elio Dicoco  : « Tout le monde sait que cette idée ne fonctionne pas. Elle est juste aguichante. C’est juste une allumeuse ! »

Christiane Gaeng est, elle aussi, très critique : « Continuons comme ça, jouons en défense, on va gagner, les belles années sont devant nous », dit-elle ironiquement.

« Je ne suis pas pour diminuer le temps de travail de manière uniforme pour tout le monde, explique Philippe Keyzer. On a besoin de main-d’œuvre qualifiée et de gens motivés. Il serait donc anti-productif de diminuer le temps de travail de ces gens. Par contre, je suis pour un revenu universel qui permettrait de lutter contre la précarité et permettrait aux petits indépendant et aux travailleurs à temps partiel de se lancer plus facilement dans le monde du travail. »

Plusieurs d’entre-vous prennent la réforme des 35 heures en France comme (contre-)exemple : « Marc Goblet semble espérer qu’en forçant la réduction du temps de travail, on forcera les employeurs à engager pour compenser le temps perdu. La France a prouvé que ça ne marche pas, juge Paul Van Obberghen. Soit les employés font priés de faire le même boulot en moins de temps (ou sont lourdés et remplacés par d’autres qui acceptent de le faire), soit les entreprises délocalisent là où le travail coûte moins cher. Résultat, destruction d’emplois garantie. »

Certains pensent tout le contraire : « Les 35 heures en France sont un échec… C’est la doxa capitaliste rabâchée à longueur de journée dans les médias, attaque Marie Tournelle. En tout cas, je ne connais pas de Français qui souhaite y renoncer pour lui-même. Ni de chef d’entreprise qui ait envie d’instaurer le merdier dans son entreprise pour revenir aux 39 ou 40 heures par semaine. Et, à l’époque où nous sommes passés aux 35 heures en France, cela ne m’a posé aucun problème, alors que j’avais quatre salariés. D’ailleurs, mon entreprise a bénéficié de réductions de charges non négligeables pour cet effort. Mais, ça, c’est de l’expérience d’entrepreneur, pas de la propagande de communicants. Si les 35 heures sont un échec dans certains domaines, surtout dans certains services publics comme les hôpitaux, ce n’est pas de la faute des 35 heures, mais de celle de l’incompétence des politiques incapables d’organiser ces services publics. »

« Travailler moins pour profiter un peu plus de cette si courte vie, de ses enfants et petits-enfants. C’est horrible !, s’exclame ironiquement Natacha Limperatrice. L’homme a tellement été programme pour travailler comme un forcené qu'on ne se rend même plus compte que la vie et les choses essentielles nous glissent entre les doigts. Esclaves des temps modernes, nous sommes. »

L’avis de Béatrice Delvaux

Dans son édito du jour, Béatrice Delvaux revient sur cette proposition de Marc Goblet. Pour notre éditorialiste en chef, c’est un coup stratégique de la part de la FGTB, histoire de resserrer les rangs du front commun syndical : « Sur le fond de certains dossiers, le tandem Goblet-Ska devrait être sur la même longueur d’onde. Prenons la proposition de réduction collective du temps de travail que Marc Goblet compte mettre sur la table du Groupe des Dix. Marie-Hélène Ska nous avait confié que ce thème serait une priorité de sa rentrée. Partager le travail redevient visiblement une évidence pour les syndicats, dans une société postindustrielle qui peine à créer ou à garder ses emplois. On entend déjà le camp patronal crier au fou, ressortant les 35 h à la française, qui n’ont pas aidé à réduire le chômage.

Mais les syndicats auront alors beau jeu de demander comment, sinon, garantir que les baisses de charges accordées par le gouvernement en juillet créent ces fameux emplois ? D’autant que certains patrons se refusent à tout pronostic, faute de chiffres suffisants. Ainsi Bernard Delvaux, patron de la Sonaca, qui estimait ce week-end ne pas être en possession d’éléments suffisants pour s’engager d’une quelconque façon. Partager le travail, faute de le créer ? »

Lire aussi v1.cfm