Christophe Deborsu: «On n’a pas à rougir par rapport aux débats français»

Christophe Deborsu présentera une nouvelle émission politique tous les dimanches vers 11h30 sur RTL-TVI, dès la rentrée. L’ex-journaliste de la RTBF, qui dit ne pas avoir hésité une seconde avant d’accepter, a répondu à vos questions ce midi.

Explic : comment faire pour que les deux parties, les politiques et les chaînes, y trouvent leur compte ?

Deborsu  : « C’est justement le but, tout le monde doit s’y retrouver, et les téléspectateurs en premier lieu. Vous aussi, j’espère. Comment faire ? Là, je ne vais pas vous en dire beaucoup plus. La réponse à l’antenne très bientôt (sur la date aussi, RTL reste discret, c’est bon pour le suspense). Je compte d’ailleurs sur vous tous pour un commentaire après la première. »

Piet : le problème du débat dominical est la médiocrité des politiques qui y sont, surtout quand on compare au débat français qui est d’une grande qualité dans les émissions sur France2. Les seconds couteaux belges se prennent pour des tribuns mais ils sont verbeux et cela vaut tant pour un Denis Ducarme ou une Jacqueline Galant qu’un Frederic Daerden. Ils élèvent la voix et disent des énormités en simplifiant à outrance, sans etre remis en cause. Cela tourne à une caricature de débat. Comment éviter cela avec des politiques comme on les a ?

Deborsu  : « Je ne trouve pas que l’on ait à rougir par rapport aux débats français. Les débats allemands, je regarde malheureusement un peu moins. Et pour avoir animé des débats politiques sur la RTBF dans les années 90, je peux vous dire que le niveau du discours des femmes et hommes politiques belges a progressé. Maintenant, le but de notre nouvelle formule est de les aider encore à hausser le niveau. »

Claudy : vous incarniez une forme « de journalisme à la « Henry Mordant » que seul le service public pouvait produire. Je doute que RTL vous permette la même liberté d’esprit, n’avez-vous pas l’impression d’avoir vendu votre âme au diable ?

Deborsu  : « Merci pour votre gentille comparaison, j’ai beaucoup admiré Henry Mordant. Quant à vendre son âme au diable, vraiment pas. La politique, ma passion, joue un grand rôle sur la RTBF mais aussi sur RTL, qui est la chaîne privée qui s’y intéresse le plus dans notre pays et les pays voisins. »

Sur le même sujet
Média