Premier revers sévère des Belgian Lions face à la Finlande

Trois matchs en six jours, et même quatre en une semaine avec la revanche qui attend les Belges ce samedi (20h30) à Pepinster… C’est la cadence infernale qui les attend à l’Euro, à partir du 5 septembre à Riga. Mais même si ce programme soutenu est voulu pour les préparer au mieux, il imposait au coach Casteels de gérer fatigue et énergie. Il était donc annoncé que son noyau, fort de 13 rotations avant d’accueillir Lojeski et de sacrifier deux noms pour le réduire aux douze sélectionnés définitifs la semaine prochaine, allait tourner. Et la valse s’est très vite opérée, le jeune Lecomte étant le 13e Lion lancé à 28-28.

Délicat dans ces conditions de dégager une véritable alchimie, les Belges ayant livré une première mi-temps plus engagée et volontaire qu’académique et prolifique : 31-35 après 20-20 au quart-temps. Mais ils avaient donc tenu la distance face à cette équipe finlandaise dont la progression leur sert d’exemple, mais à laquelle ils n’ont sans doute rien à envier, si ce n’est la classe de Koponen, auteur de 9 points malgré le marquage très serré dont il faisait l’objet. Car les Belges n’avaient pas pour consigne de gérer leur dépense d’énergie : ce serait jouer contre leur nature ! Ils imprimèrent donc d’entrée une pression suffocante qui surprit la Finlande : 8-0. Mais un temps seulement… Dans une salle André Renauld garnie d’un petit millier de spectateurs enthousiastes, ce quatrième match amical de préparation valait par son intensité et l’engagement de Belges cherchant à accélérer mais péchant souvent par précipitation (12 pertes de balle à la pause). Hervelle vite rassasié (il n’a joué que 4 minutes), Tabu confirma sa fraîcheur (blessé, il a très peu joué cette saison), De Zeeuw muscla un jeu intérieur brouillon et, malgré un banc exploité plus que de mesure et 6 lancers manqués (une carence récurrente), les Belges étaient donc restés au contact de ces Finlandais très costauds.

Animée par un « cinq » plus routinier, la Belgique retrouva à la reprise son jeu de passes léché (39-39) et reprit les commandes (45-44) sous l’impulsion de son duo de meneurs Van Rossom – Tabu. Mais il restait à faire taire cet hôte réputé pour sa précision à distance et qui s’y montrait à la hauteur (8 sur 17 après trois quart-temps) : 46-53 à la demi-heure. Visiblement émoussés, les Belges, qui avaient battu les Pays-Bas et la Grèce avant de tenir tête à la grande Espagne, peinaient à hausser leur niveau de jeu. Mais leur coach ne cherchait pas tant le résultat que des enseignements quant à sa future sélection. Et de ce point de vue, on notera que Bosco a davantage été appelé que Lecomte et que Salumu comme Mukubu ont livré une bonne prestation, au contraire de Boukichou, qui risque de faire les frais de son manque de rigueur. Mais on retiendra tout de même que les Belges ont encaissé le premier revers sévère de leur campagne de préparation… qui pourrait être salutaire pour conserver les pieds sur terre.