L’Université de Namur s’offre le plus grand auditoire de Wallonie

Cela fait une dizaine d’années au moins que l’Université de Namur a l’intention de créer un nouvel amphithéâtre. Et cette fois, l’institution touche enfin au but.

Le 14 septembre prochain, pour la rentrée académique, le nouvel amphithéâtre « Vauban », situé le long de la Sambre, entre le boulevard Frère Orban et l’Arsenal, accueillera ses premiers étudiants.

La construction de la bâtisse, qui représente une quarantaine de mètres de façade du côté du boulevard Frère-Orban, a mis les ouvriers au défi, notamment pour le placement des cinq poutres porteuses. « Elles ont été livrées de nuit par convoi exceptionnel. La plus importante fait 1,30 mètre de large sur… 29 mètres de long ! », explique Michel Mairlot, le directeur des services techniques de l’Université de Namur.

Un budget de 4,5 millions

Des efforts qui payent, visiblement, à en juger par le tour du propriétaire.

Dès l’entrée, on pénètre dans de larges halls aérés qui seront autant d’espaces de réceptions. Ils offrent une vue privilégiée sur la Sambre et la Citadelle d’un côté, sur l’Arsenal et le dôme de la cathédrale Saint-Aubain de l’autre.

Ce chantier d’envergure, qui affiche un budget de 4,5 millions d’euros sur fonds propres, a débuté en novembre dernier. « Nous avons tenu des délais assez courts, sourit Michel Mairlot. D’autant qu’il s’agit de la plus grande salle de spectacle de Namur, et même du plus grand auditoire wallon ».

Avec ses 750 places assises et ses deux régies, l’impressionnant auditoire a en effet été également conçu comme salle de spectacle, avec l’aide d’un bureau spécialisé dans l’acoustique. Seule l’« Aula Magna » de l’UCL a une plus grande capacité d’accueil, mais les cours n’y sont donnés qu’en de rares occasions.

La première fonction de l’amphithéâtre Vauban sera bel et bien académique. Les lieux abritent néanmoins d’importantes coulisses et une scène de 6 mètres de profondeur, ainsi qu’un espace traiteur.

« Avec l’augmentation du nombre d’étudiants (6.600 en 2014), nous n’avions pas vraiment d’autres choix que de construire cet auditoire. On est à l’étroit, même au sein du « Pedro Arrupe » et de ses 645 places. »

Une situation telle que certains cours étaient donnés en duplex dans deux autres salles, via un système de vidéo projection. On ne devrait donc plus connaître ce problème dès la rentrée.

Pour boucler le chantier dans les temps, les ouvriers s’affairent six jours sur sept. D’ici peu, les sièges pourront être installés.

A la barre des services techniques de UNamur depuis 12 ans, Michel Mairlot avoue qu’il s’agit bien là du chantier le plus important qu’il ait connu. Mais il ne sera pas le dernier. Celui de la faculté des Sciences doit prendre fin pour la rentrée académique de septembre 2017 et le projet d’un centre sportif devrait bientôt se préciser également.