Trois restaurants saint-gillois donnent un coup de jeune à la gastronomie bruxelloise

Le chef alsacien Nicolas Scheidt nous régale avec ses trois établissements : La Buvette, Le Café des Spores et le Hopla Geiss.

Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 3 min

On n’imagine pas, en entrant dans cette ancienne boucherie chevaline, qu’ici se cache un paradis aux mille saveurs. Et pourtant ! La Buvette, située chaussée d’Alsemberg sur le haut de Saint-Gilles, est de ces endroits à première vue planqués dans une rue anonyme, mais qui recèlent de l’or. Dans son accueil décontracté d’abord. Dans les mets qu’il propose, surtout.

A la tête de ce restaurant gastronomique tendance nouvelle cuisine, un Alsacien de 37 ans qui a fait ses gammes dans les cuisines de Jamie Oliver à Londres avant d’officier à L’Office à Paris. Arrivé à Bruxelles en 2010, Nicolas Scheidt reprend alors Le Café des Spores (institution dédiée aux champignons) avant d’ouvrir, pile en face, La Buvette. Et de donner ainsi un coup de jeune à la gastronomie bruxelloise.

Au menu, le choix du chef : une dizaine de petits plats (huit ou onze selon le menu L ou XL) aux ingrédients simples et à la créativité folle. Exemples ? Ricotta, épinards pochés et sésame noir, courgette, trompette-de-la-mort, sauge et émulsion de verveine (photos) ou encore beignet de poulpe, sauce poivron et menthe.

Pas votre genre ? Laissez-vous aller ! L’auteur de ces lignes n’aurait jamais imaginé avaler un jour du poulpe. Eh bien, il avait tort !… Le bonheur de découvrir des saveurs qu’on pensait connaître, voire honnir, et de se retrouver comme un enfant à la Saint-Nicolas. C’est bien simple, à chaque nouvelle bouchée, on se croirait dans Ratatouille  !

Nouvelle cuisine

Cette cuisine qui reprend les codes de la nouvelle cuisine (en gros : des produits frais et de qualité, temps de cuisson court et précis, sauces légères, et esthétique) se base pourtant sur la tradition culinaire française, tout en y ajoutant cette petite graine de créativité, d’imagination, de liberté dans la confection des plats. Bien sûr, ça ne marche pas à tous les coups et il peut être difficile de tenir sur la longueur, il n’empêche que c’est un bonheur de vivre un repas comme une réelle expérience artistique. Et de se régaler !

Pas étonnant que La Buvette soit répertoriée dans le Guide Michelin et que Gault & Millau ait distingué Nicolas Scheidt « Grand chef de demain » pour Bruxelles et ses environs en 2014. « La cuisine se veut assez simple, ce qui permet de respecter tous les goûts et leurs mises en valeur dans l’assiette », note G&M. Et de fait. Simplicité, décontraction, saveurs, que du bonheur…

En plus de La Buvette et du Café des Spores, Nicolas Scheidt a ouvert en 2014 le Hopla Geiss, dédié à la cuisine de son enfance, la cuisine alsacienne. Dans un décor là aussi sobre avec tables en bois et bancs, on peut découvrir par exemple les flammeküeche, ces tartes flambées alsaciennes. Trois adresses pour un top chef. Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

La Buvette, 108 chaussée d’Alsemberg 1060 Bruxelles. Entre 27 et 57 euros. Menu lunch à 20 euros. Ouvert le soir du mardi au samedi et le midi du mercredi au vendredi. www.la-buvette.be

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une