Liège: la piste d’une salle de guindaille à Droixhe se réchauffe

Entre Droixhe et Jupille, à hauteur des transformateurs d’Elia, le collectif « KreAction » occupe un ancien entrepôt appartenant à la Ville de Liège. « Quand nous sommes arrivés, après avoir dû quitter notre squat situé de l’autre côté, sur un terrain de la SNCB, nous avons nettoyé le site, coupé l’arrivée d’eau – l’entrepôt était noyé suite aux vols de canalisations — et installé nos ateliers », explique Vince, un des huit occupants du lieu. Salle à manger, salle des fêtes, dortoir, salon zones de travail pour des ateliers vélo et mécanique : régulièrement, le collectif organise des concerts, expos et autres événements, en autogestion. Le prochain a lieu le 28 août et c’est un concert punk.

Situé à un jet de pierre de la brasserie de Jupille – il ne manquerait que quelques centaines de mètres de tuyau pour abreuver directement les étudiants — cet entrepôt a été choisi par la Ville comme lieu potentiel pour l’organisation de la guindaille à Liège. « C’est la piste la plus sérieuse », nous confirme le bourgmestre Willy Demeyer. Deux solutions sont à l’étude : soit un chapiteau sera installé sur l’espace situé à l’arrière du bâtiment, soit le vaste entrepôt sera reconditionné. Ce qui, dans un cas comme dans l’autre, nécessite quelques investissements.

La situation devient urgente 

Dès cette année, l’AGEL (Assemblée générale des étudiants) qui coordonne les activités de baptême, n’a plus de lieu où organiser les activités de guindaille, le site du Val Benoît étant hors course.

À moins de partager le site de manière « constructive », le collectif « KreAction » déplore une éventuelle expulsion. « Nous assurons une occupation quotidienne, nous avons sécurisé le lieu et nous permettons à plusieurs artistes d’avoir de grands espaces pour leur activité créative », explique Vince. Le même groupe, avec des noms différents (Goulag, Tapsala, Chauve-Souris…) a précédemment occupé des lieux abandonnés, à Saint-Léonard, au Laveu ou à Droixhe, forcé à chaque fois de déménager. « Ici, nous venons à peine d’arriver et nous aimerions y rester encore un peu, sauf cas de force majeure ».

Dans le cadre de la réfection globale de Droixhe et de l’arrivée du tram, une route d’accès au parking de délestage situé près du terminus du tram pourrait conduire à la destruction d’une partie des entrepôts. Une partie importante du site est d’ailleurs en voie de dépollution, un chantier mené par la Spaque. Reste à débloquer le dossier du tram dont le financement n’est toujours pas assuré.