Attaque dans un Thalys: le parquet fédéral ouvre une enquête

Le parquet fédéral belge a annoncé samedi l’ouverture d’une enquête « sur la base de la loi antiterrorisme » après l’attaque commise la veille dans un train Thalys Amsterdam-Paris par un homme qui s’apprêtait à ouvrir le feu avec une arme automatique.

« Nous avons ouvert une enquête sur la base de la loi antiterrorisme » et « sur la base du fait que le suspect est monté dans le train à Bruxelles », a déclaré à l’AFP le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van der Sypt.

Collaboration avec la France

Le parquet fédéral a finalement décidé d’ouvrir une enquête sur base du fait que l’individu armé est monté dans le train à Bruxelles, indique samedi matin Éric Van Der Sypt.

Il précise que les autorités judiciaires belges travaillent en étroite collaboration avec la France. Des enquêteurs belges se sont d’ailleurs rendus à Paris.

Le parquet fédéral belge ne fait en revanche aucun commentaire sur les éventuels antécédents de l’auteur en Belgique et renvoie vers la France pour toute information sur la question.

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’homme serait un Marocain de 26 ans, fiché par les services de renseignements français sans être pour autant sous surveillance.

Le tireur, lourdement armé, était monté dans le train à la gare de Bruxelles-Midi, mais l’attaque a eu lieu alors que le Thalys se trouvait déjà sur le sol français, à hauteur de Oignies. Il a été interpellé peu après 18H00 en gare d’Arras, où le Thalys a été arrêté.