Bouhanni aurait-il dû être exclu du Tour d’Espagne? (vidéos)

Nacer Bouhanni, le sprinteur de la Cofidis, a failli quitter cette Vuelta plus tôt que prévu, à l’instar de Nibali. Mais les commissaires de course ont été plus cléments avec lui.

Voir la vidéo sur mobile

Ils ont analysé ce geste, comme ils l’avaient fait la veille. Lundi, le jury des commissaires s’est réuni pour discuter du cas Bouhanni. Le sprinteur français, victime d’une deuxième chute en deux jours, s’est accroché à sa voiture pour gagner un peu de terrain. Un geste qui aurait pu lui valoir une exclusion, du moins si l’on s’en tient à la jurisprudence Nibali. L’Italien, vainqueur du Tour 2014, avait profité du véhicule motorisé de son directeur sportif pour combler une partie du retard qu’il avait accumulé sur le peloton à la suite d’une chute. Il lui a été interdit de prendre le départ de l’étape suivante.

Voir la vidéo sur mobile

Bouhanni, lui, a écopé d’une amende de 100 francs suisses pour « bidon collé ». Le jury a donc estimé que son acte n’était pas aussi grave que celui de l’Italien et ne nécessitait par conséquent pas une exclusion du Tour d’Espagne. Dimanche, le directeur de la course déclarait « accepter la décision des commissaires, pour ne pas créer un précédent. » Un précédent qu’il vient malgré tout de créer ?

Sur le même sujet
Cyclisme