Un statut spécial pour les réfugiés? «De Wever fait du populisme», dénonce la LDH

Le président de la Ligue des Droits de l’Homme dénonce un discours d’extrême droite et pointe les contre-vérités des propos du leader NVA.

Temps de lecture: 3 min

Alexis Deswaef est président de la Ligue des Droits de l’Homme (Belgique). Il réagit aux propos du leader de la N-VA.

► Lire notre article : De Wever: «Un réfugié qui reçoit une indemnité, c’est difficilement explicable»

« La N-VA veut-elle se retirer de toutes les conventions internationales qu’a ratifiées la Belgique ? La Convention internationale de Genève, celles des Droits de l’Homme : toutes ces obligations internationales auxquelles la Belgique a adhéré, on ne veut plus les respecter, du côté de la N-VA ? »

Et Alexis Deswaef de détailler en quoi les déclarations de Bart De Wever sont contraires à ces conventions : « Bart De Wever fait du populisme de bas étage : il joue sur ce sentiment populaire selon lequel il ne serait pas normal qu’un réfugié reconnu – subtilement il fait bien la différence entre le réfugié reconnu au sens de la Convention de Genève et le candidat réfugié, qui n’a en effet pas ces droits ! – ait les mêmes droits qu’un habitant qui a cotisé toute sa vie. Là où il se trompe, c’est que les droits sociaux auxquels accèdent les réfugiés sont des droits résiduels pour lesquels il ne faut pas cotiser ! Le revenu d’intégration que l’on touche au CPAS, un Belge qui n’a jamais cotisé de sa vie, comme un jeune qui sort des études par exemple, y a accès ! Il est donc FAUX de dire que le réfugié a les mêmes droits qu’un Belge qui a cotisé toute sa vie. Un réfugié reconnu n’a par exemple pas droit au chômage ! Ces propos sont de mauvaise foi ! »

Le Président de la LDH dénonce un discours clairement d’extrême droite : « C’est du populisme pur et dur. C’est comme son idée de réintroduire des contrôles aux frontières. Bart De Wever propose deux points qui se trouvent dans le programme du Vlaams Belang. Aujourd’hui, un parti démocratique copie donc les points d’un parti d’extrême droite ! » Alexis Deswaef se dit réellement indigné par le discours du leader N-VA : « Derrière des formulations soi-disant de bon sens, on dit des énormités ! C’est du populisme horrible qui vise à diviser et à jouer sur les peurs des citoyens ! »

Et de rappeler l’essence de la Convention de Genève : « Selon la Convention, un réfugié reconnu a droit à une existence digne. Qu’est-ce qu’un réfugié reconnu ? Cela signifie que la Belgique a analysé son cas et qu’elle en a effectivement déduit que la personne avait dû fuir son pays car sa vie était un danger, que cette personne allait donc vivre en Belgique et qu’elle y jouirait d’une existence digne. Va-t-on le laisser vivre comme un chien ? Que veut la N-VA ? Un régime d’Apartheid avec des citoyens de seconde zone ? »

► A lire : Crise des migrants en Belgique: le vrai du faux

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une