La gare de Budapest évacuée face à l’afflux de réfugiés (photos)

Le trafic de la gare de la capitale hongroise a été suspendu alors que plusieurs centaines de réfugiés tentaient de gagner l’Autriche.

Temps de lecture: 2 min

La gare internationale de Budapest a été évacuée mardi matin et le trafic suspendu en raison de l’afflux de centaines de réfugiés qui tentaient de monter à bord de trains pour l’Autriche, a rapporté un journaliste de l’AFP.

Cette évacuation, qui s’est effectuée dans le calme, a ensuite provoqué, devant la gare, une manifestation spontanée de réfugiés candidats au départ criant : « Allemagne, Allemagne ! », et « Nous voulons partir ! ».

« Aucun train n’arrivera ni ne partira de la gare de Keleti jusqu’à nouvel ordre. Nous demandons à tout le monde de quitter les lieux  », a annoncé un message diffusé par haut-parleur, alors que des centaines de policiers commençaient à évacuer la gare d’où de nombreux réfugiés avaient pu partir lundi pour l’Autriche, puis l’Allemagne.

A l’extérieur de la gare, munis de billets, les réfugiés protestent pour pouvoir monter à bord. © Laszlo Balogh
A l’extérieur de la gare, munis de billets, les réfugiés protestent pour pouvoir monter à bord. © Laszlo Balogh - REUTERS

La décision d’évacuation de la principale gare de Budapest pour les liaisons internationales est intervenue alors que quelque 500 réfugiés essayaient de monter à bord du dernier train pour Vienne. Les réfugiés n’ont toutefois pas opposé de résistance et aucun incident n’a été rapporté.

La police anti-émeute est présente sur place. © Attila Kisbendek
La police anti-émeute est présente sur place. © Attila Kisbendek - AFP

La Hongrie à la limite de Schengen

Au cours du seul mois d’août, 50.000 migrants, en majorité des réfugiés fuyant la guerre en Syrie, en Irak ou en Afghanistan, sont entrés en Hongrie, membre de l’Union européenne. Jusqu’à lundi, la Hongrie avait empêché les migrants de poursuivre leur périple car ils ne détenaient pas les visas nécessaires pour l’entrée dans l’espace européen de Schengen.

Deux tiers des réfugiés qui arrivent en Macédoine sont des femmes et des enfants, apprenait-on ce mardi. © Laszlo Balogh
Deux tiers des réfugiés qui arrivent en Macédoine sont des femmes et des enfants, apprenait-on ce mardi. © Laszlo Balogh - REUTERS

Mais lundi, les autorités hongroises ont décidé de les laisser partir. Un total de 3.650 migrants ont ainsi quitté en train Budapest et sont arrivés à Vienne, un record cette année pour une seule journée, a annoncé plus tôt mardi la police autrichienne.

Voir la vidéo sur mobile.

La gare de Keleti a ensuite rouvert, mais pour les non-migrants seulement, la police n’y laissant entrer que les détenteurs de titres de transport, de papiers d’identité et de visas.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une