S'identifier S'abonner

Le parlement de Wallonie s’offre un nouveau logo pour ses 35 ans

La communication de l’institution se modernise, ses pratiques politiques aussi : une large place sera accordée aux citoyens dès la rentrée.

Par la rédaction

Temps de lecture: 3 min

Ne dites plus « parlement wallon », mais bien « parlement de Wallonie ». L’assemblée régionale qui entame sa phase de rentrée politique change de nom pour l’occasion, histoire de montrer qu’elle rayonne sur un territoire bien précis. Mais le changement le plus visible va apparaître sur son site internet, son papier à lettre, ses communications en tous genres : un nouveau logo est adopté qui rayonnera sur l’ensemble des supports papier et électroniques émis par le parlement et ses acteurs.

L’expression « parlement de Wallonie » y figure en toutes lettres. Les couleurs rouge et jaune-orange ne font pas référence aux deux formations qui composent l’actuelle majorité, mais bien au célèbre enblème du coq dessiné par Paulus et qui incarne de longue date la sud du pays. Les barres rectilignes font référence à la salle « à l’anglaise » qui accueille les débats des séances plénières à Namur. Le logo a été réalisé par le bureau Shake pour un marché de 6.087 euros.

Ces modifications de forme apparaissent pour un double anniversaire. Les députés régionaux sont élus directement depuis 20 ans et le tout premier Conseil régional wallon a été officiellement installé il y a 35 ans. De quoi s’attendre à une série de manifestations de prestige tout au long de cet automne.

Mais au-delà d’un nom et d’un sigle, André Antoine (CDH), le président de l’assemblée, et les formations politiques qui composent celles-ci veulent surtout indiquer que le parlement de Wallonie va s’engager dans une réforme de fond qui devrait améliorer son fonctionnement et lui permettre notamment de s’ouvrir plus largement sur la société wallonne et sur le monde.

La première session de la nouvelle législature a marqué tous ceux qui ont suivi les débats : une activité en hausse exponentielle, une assiduité plus grande des élus, une dynamisation des débats. Quelques chiffres permettent de mesurer l’ampleur de cette évolution : 2.744 interpellations et questions orales, 3.491 questions écrites, 54 propositions de résolution et 60 propositions de décret… Par rapport à l’entame de la législature précédente, tous les records sont battus : on avait dénombré alors 1.103 questions orales et interpellations, 2.099 questions écrites, 14 propositions de résolution et 12 propositions de décret…

La médaille a son revers : séances à rallonges, centres d’intérêt parfois très locaux, ordres du jour kilométrique, manque de temps et concurrence avec les débats au parlement de la Fédération. Un peu d’ordre sera mis dans tout cela pour tenter d’aller à l’essentiel et de forcer les députés à des débats de plus grande qualité.

Mais ce sont surtout les citoyens wallons qui vont goûter au changement. Plusieurs mesures fortes les concernent en effet directement : le droit de pétition par voie électronique, le droit d’interpellation des députés, les rencontres citoyennes... En attendant sans doute le consultation populaire à l’échelle wallonne qui sera au centre des discussions de la toute nouvelle commission du renouveau démocratique.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP