Demain, vous serez hacker de croissance ou chômeur!

Comme le dit le proverbe Tutsi, « Une canne à pêche plus longue ne sert à rien dans un étang vide. »

Les tumultes boursiers récents sont l’écho de ce qui se passe réellement en dessous du radar. Panique à tous les étages ! La croissance promise, supportée par l’injonction massive d’argents frais dans l’économie… ou plutôt, dans les bilans financiers pour passer les tests Solvency et autres Bâles, se fait toujours attendre. La peur domine les comportements. Les anciennes recettes ne marchent plus et sont contre-productives. Pourtant, c’est un contexte appelé à durer. L’employé souhaitant conserver sa place doit faire un choix… le nouvel âge d’or ne viendra pas, c’est certain à présent. Un deuil à faire.

Nous entrons dans une décade d’ultraefficacité. Les ressources déjà limitées deviennent une denrée encore plus rare, dernière onde de choc de la crise de 2008. Les dirigeants doivent faire plus avec moins. Toujours gardien de la valeur de l’entreprise, un œil sur la gestion journalière, l’autre sur les fonds disponibles, ils jonglent entre le minimum pour faire tourner la boutique et un petit extra pour permettre à l’entreprise de garder une longueur d’avance vis-à-vis des concurrents.

C’est dans ce contexte que doivent surfer les employés aujourd’hui. Le superflu n’a plus sa place. Le statu quo non plus. Chaque employé doit justifier la création de valeur journalière qu’il apporte à l’entreprise… au jour le jour. C’est vrai maintenant, et ce le sera encore plus demain. Agir ou partir. Celui qui se contente de faire son travail, sans plus, aura vite fait de se retrouver dans les longues files d’Actiris ou du Forem. Cela signifie qu’il doit d’abord comprendre comment sa propre entreprise crée de la valeur. Et quel rôle il peut avoir pour la faire croître. Son objectif : définir ce qu’il peut apporter en valeur supplémentaire avec ses compétences et ses capacités. C’est de cette façon qu’il pourra hacker la croissance avec son équipe. Croissance durable créant du progrès pour l’humain et la société. Il faut évidemment se connaître soi pour pouvoir répondre à cette question – voir entrer dans une dynamique de progrès personnel continu.

Le rôle du management est d’identifier les collaborateurs stratégiques… et de faire en sorte que chacun d’entre eux se lève le matin en se demandant la valeur qu’il peut créer pour son entreprise, pour lui permettre de faire la transition entre l’économie d’hier et celle de demain.

Cela demande des compétences particulières, spécifiques, qui peuvent s’apprendre :

1.  Collaboration équilibrée : ouverte, sans agenda caché, empathique, avec un échange de ressources bien calibré et contracté.

2.  Trans-hybridation  : création de valeur transsectorielle, des ponts entre fonctions différentes de la société

3.  Transparence  : clarté des enjeux, des objectifs et besoins, des agendas, des chiffres et ressources, des visions d’avenir, de l’éthique de la gouvernance

4. Comprendre les valeurs immatérielles, ces atouts uniques d’une entreprise : savoir qualifier, quantifier, surveiller et valoriser les pièces de chaque projet, matériel et immatériel.

5.  Créativité pragmatique  : la tête dans le ciel (vision de contribution), et les mains dans la terre (capable d’implémenter)

6.  Penser en 3D  : croiser les ressources, créer des alliances improbables entre parties prenantes qui créent une toute nouvelle valeur

7.  Anticipation. Non pas à 5 jours ou 6 mois, mais à 3 ans… voir plus

8.  Conviction  : force de l’intention qui tire un nouveau sillon, une énergie entrepreneuriale inspirante

9.  Confiance  : en soi, en les autres (parties prenantes), en la vie (positivant tout, transformant les défis)

10.  Curiosité et apprentissage permanents : remise en question, ouverture sur le monde et sur les signaux faibles, sur les secteurs et fonctions « voisines »

Tout en partageant des valeurs nobles et fortes avec ses partenaires – avec une éthique de travail cohérente. En serez-vous ? Ou allez vous attendre la dernière minute pour sauter sur le train en risquant de le rater ? Vos décisions d’aujourd’hui vont affecter lourdement votre état de demain.

Alors, demain, seuls ceux qui seront capables de créer de la croissance durable et économique pour leur entreprise resteront. Ceux qui trouveront de nouveaux débouchés pour un produit ou service. Capables de convaincre équipes et direction vers de nouvelles pistes de développement. Chacun a un rôle particulier, un aspect unique, avec la possibilité de créer une valeur unique : le réceptionniste ou le livreur offre un visage humain de la société ; le téléphoniste crée un espace de confiance avec le client ; le financier rassure et construit la valeur future… Les autres – ceux qui ne sont là que pour payer le loyer, les présentéistes, « offriront » de la marge sur le payroll pour récompenser les premiers : ils seront au chômage, avec enfin du temps pour méditer sur comment ils comptent offrir leur valeur ajoutée personnelle au service du progrès de la société en particulier et de la Société en général…

Évoluer ou s’exclure. Ce sera intransigeant.

Ce choix est valable au niveau économique, mais aussi au niveau spirituel et humain. La conscience collective est arrivée à un seuil où chacun fera un saut qualitatif en conscience personnelle – ou pas.

Prendrez-vous ce train vers demain ou resterez-vous sur le quai ?

Deviendrez-vous chômeur ou hacker de croissance et de progrès humain ?

Rendez-vous dans 5 ans…

Paul Mauhin

Michel de Kemmeter

paul@uhdr.net