Le rond-point Schuman dévasté après la manifestation des agriculteurs

L’essentiel

► Les agriculteurs européens ont manifesté à Bruxelles en parallèle à un sommet extraordinaire des ministres de l’Agriculture de l’UE. La Commission a débloqué 500 millions d’euros d’aide d’urgence

► Ils étaient 4.800 agriculteurs et 385 tracteurs

► La manifestation a dégénéré au niveau du rond-point Schuman. Trois policiers ont été blessés.

► La station de métro Schuman est restée fermée toute la journée.

Le rond-point Schuman apparaît marqué par les événements, lundi en fin de journée. Les haies ont été brûlées. Au moins un lampadaire a été renversé. Des panneaux de signalisation ont été arrachés. Une caravane a également été brûlée au centre du rond-point.

Policiers vs manifestants

Des milliers de manifestants ont mis une pression maximale sur les 28 ministres de l’Agriculture de l’Union européenne qui se réunissaient à Bruxelles pour un sommet extraordinaire consacré à la crise qui touche le secteur agricole, et tout particulièrement les producteurs laitiers et porcins.

Les policiers se sont regroupés au rond-point Schuman, à Bruxelles, où ils ont fait face aux agriculteurs et à environ 150 tracteurs réunis à l’initiative de l’European Milk Board (EMB). Trois policiers ont été blessés durant de la manifestation. L’un d’eux a été hospitalisé pour une blessure à la jambe. Le second a été soigné sur place. Il n’y a pas eu d’arrestation.

Voir la vidéo sur mobile

Le cortège parti de la gare du nord lundi vers 11h15 pour rejoindre les agriculteurs stationnés au rond-point Schuman, devant les institutions européennes à Bruxelles, était composé de 4.800 personnes à pied et de 385 tracteurs, a indiqué la porte-parole de la police de Bruxelles Ilse Van de Keere. Les précédentes estimations étaient comprises entre 2.000 et 3.000 participants. Sur une tribune dressée sur le rond-point, les différents représentants syndicaux se sont adressés aux agriculteurs venus en masse dans la capitale belge. Des contingents espagnol, italien, français, allemand, danois, autrichien et suisse étaient annoncés, outre la présence des paysans belges défendus notamment par le MIG, la FUGEA, la FWA, le Boerenbond et l’ABS.

Heurts à Schuman

Les tracteurs ont été immobilisés sur le rond-point Schuman et dans les axes convergeant vers le rond-point, comme l’avenue d’Auderghem et l’avenue de la Joyeuse Entrée. Les engins agricoles étaient également garés sur la rue Belliard.

Portfolio : Toutes les images de la manifestation

La tension est montée d’un cran vers 14 heures, avec notamment des jets d’œuf, de bouteilles et de divers débris vers les policiers. Des pneus ont été enflammés et un nuage de fumée noire surplombait la place.

Voir la vidéo sur mobile

La police a fait régulièrement usage d’autopompes pour disperser les agriculteurs et éteindre les feux allumés à divers endroits par les manifestants.

Des réverbères, pavés, arbres et poteaux de signalisation ont été arrachés par les manifestants sur le rond-point. Ceux-ci ont aussi bouté le feu à des haies et à des ballots de paille.

Outre des tracteurs, les agriculteurs sont présents avec deux bulldozers, auxquels sont symboliquement pendues des statues de vache. Les manifestants ont réussi à percer un barrage de police pour faire entrer sur la place une caravane, qu’ils ont incendiée.

La police répond régulièrement aux jets de projectiles des agriculteurs en faisant usage d’autopompes et de gaz lacrymogènes. Trois agents ont été blessés dans les heurts, dont un a dû être emmené à l’hôpital. Aucune arrestation n’a été rapportée pour l’instant.

«  Il y a eu des débordements, c’est vrai. Mais si on revient, il va y avoir la guerre », promet Bruno, un agriculteur du Pays de Herve. «  Aujourd’hui, il y a toutes sortes de communautés présentes, venant du monde agricole, explique Caroline, 22 ans, de la Fédération des Jeunes Agriculteurs. Ceux qui se cachent et lancent des pavés, ce ne sont pas forcément des agriculteurs. Ou alors des agriculteurs desespérés, qui n’ont plus rien à perdre. »

Voir la vidéo sur mobile

Vers 15 heures, la plupart des agriculteurs avaient quitté le rond-point Schuman. Mais quelques irréductibles continuaient à jeter des pierres sur les forces de l’ordre. Après avoir subi les jets de projectiles pendant plusieurs minutes, la police a dispersé les derniers manifestants à coup de bombes lacrymogènes.

Le quartier européen bouclé

Le cortège a été emmené par cinq tracteurs et a emprunté la Petite Ceinture, la rue Belliard, la rue Breydel et l’avenue d’Auderghem. Il était suivi bruyamment par plus de 200 tracteurs qui klaxonnaient à tour de rôle. « Chaque année, 4 % des exploitations agricoles disparaissent en Flandre. Est-ce normal ? », pouvait-on lire sur un calicot écrit en flamand.

Le quartier européen est totalement bloqué par des cordons de police et des barbelés. Un barrage séparant le rond-point en deux a été installé par les policiers, qui ont reçu le renfort de collègues néerlandais. Les transports publics desservant la zone sont paralysés.

La station Schuman fermée toute la journée

La gare de Bruxelles-Schuman est restée fermée jusqu’à 21h00, au lieu de 15h00 initialement, à la demande de la police locale.

Environ six trains par heure s’arrêtent normalement à la gare du rond-point Schuman. Les voyageurs étaient invités à emprunter la gare du Luxembourg, située à proximité.

La station de métro Schuman est également fermée toute la journée.

► Suivre notre direct sur mobile