Quand les robots créent de nouveaux Picasso (photos et vidéos)

Ils nous battaient déjà aux échecs, dans la vitesse de calcul, voilà qu’aujourd’hui, les ordinateurs se mettent à mieux dessiner que nous. Enfin pas encore tout à fait. Trois chercheurs allemands viennent d’élaborer un nouvel algorithme qui permet aux ordinateurs de dessiner à la manière des plus grands peintres. Le résultat est confondant même si un œil averti ne tardera pas à identifier le tableau qui sert de base à la copie.

La technique utilisée par les chercheurs s’appelle le « Deep learning » ou « Machine learning » et relève d’un des plus anciens fantasmes de l’intelligence artificielle et de la robotique : l’apprentissage des machines. Concrètement, cela revient à simuler les connexions neuronales humaines à l’aide d’algorithmes pour permettre aux robots d’apprendre par eux-mêmes. « Pour prendre une analogie plus simple, le cerveau humain reconnaît extrêmement bien les visages. Cette reconnaissance est basée sur l’expérience, pas sur une série de règles universelles, explique Michel Verleysen, Doyen de l’Ecole polytechnique de Louvain. Le deep learning part du même principe. On donne accès à une très grande base de données – ce qu’on appelle le big data – à la machine. Celle-ci se basera sur l’expérience plutôt que sur une série de règles pour analyser et reconnaître. »

Ainsi, l’ordinateur a qui on demande de « créer » un tableau d’Edvard Munch à partir d’une autre image va reconnaître les caractéristiques du tableau du peintre et les appliquer en recomposant l’image. Si ces applications semblent révolutionnaires, les avancées ont été progressives. « Deux éléments ont beaucoup fait avancer les choses ces dernières années. Tout d’abord, la puissance de calcul des ordinateurs a explosé ces dernières décennies. Ensuite, la quantité phénoménale d’informations présentes dans le cloud et sur internet a rendu cela possible ».

Voir la vidéo sur mobile

Sur le même sujet
Peinture