Le Royal Hamilius va transformer Luxembourg-Ville

Le Royal Hamilius est attendu comme le messie, celui qui va redynamiser – certains diront compléter – le centre-ville avec ses façades vitrées en hauteur, ses appartements de luxe, ses boutiques, ses bureaux et son restaurant sur le toit qui offrira une vue à couper le souffle sur la cathédrale Notre-Dame.

Estimé à 300 millions d’euros, ce projet de grande envergure porté par Codic, dont les premiers investissements dans la ville de Luxembourg remontent aux années 90, est l’œuvre de l’architecte britannique Norman Foster. Demandé par la Ville, il fit l’objet d’un concours public très convoité puisqu’il vit 72 prétendants remettre un dossier.

Si Codic a pu lever les bras en signe de victoire, il le doit à la qualité architecturale du projet qui fait du Royal Hamilius un centre multi-fonctionnel ouvert sur la ville. Mais il y a d’autres raisons. « A savoir l’organisation pendant les travaux des différentes implantations et l’offre financière faite par Codic en échange de la cession des terrains en emphytéose sur 75 ans, résume Lydie Polfer, la bourgmestre de Luxembourg qui cache mal son impatience de voir le Royal Hamilius sortir de terre (la fin des travaux est prévue pour 2019). C’est un projet exceptionnel qui est lié à une restructuration de l’organisation des transports publics avec, notamment, la création d’un tram qui desservira le complexe. »

Le tout, et c’est à pointer du doigt, en plein centre-ville, à dix minutes à peine de l’aéroport. « Le Royal Hamilius, c’est un peu comme si on construisait un complexe de 36.000 m2 hors sol au croisement entre la rue de la Loi et la rue Neuve à Bruxelles, sourit Thierry Behiels, l’administrateur délégué de Codic. Situé le long du boulevard Royal, l’artère principale des bureaux à Luxembourg, il se trouve en plein centre, à deux pas de la place d’Armes. »

Pour l’heure, les travaux de démolition et d’excavation retiennent toute l’attention. Effectué à même la roche, le creusement de sept niveaux en sous-sol prendra à lui seul un an. En tout, 70 appartements de haut standing sont prévus pour un total de 7.000 m2, de même qu’un restaurant sur le toit, 20.000 m2 de commerces et de services (tous les pieds d’immeubles seront occupés par des boutiques), 10.000 m2 de bureaux et 634 places de parking, une denrée extrêmement précieuse dans le centre-ville luxembourgeois.

Ce qui symbolisera le mieux l’intégration du projet à la ville est la place Hamilius qui sera créée juste en face de l’Hôtel des Postes. Elle sera ceinturée par les logements et offrira aux Luxembourgeois un nouvel endroit de rencontre. « Le Royal Hamilius profitera d’une accessibilité parfaite avec la création de la gare des trams juste en face de la nouvelle place, se réjouit Raphaël van der Vleugel, le responsable du projet chez Codic. On y trouvera également la nouvelle gare des bus. Il sera d’autant plus facile de venir au centre que les transports publics rouleront tous en site propre. »

Le Royal Hamilius englobera en surface plusieurs bâtiments qui s’étendent le long du boulevard Royal, entre la rue Monterey et la Grand Rue. L’achat du terrain a coûté à lui seul 100 millions d’euros. Fait cocasse : une construction a résisté – et résiste encore – aux sirènes du promoteur : le nº 49 boulevard Royal, un immeuble à appartements qui fait figure d’irréductible Gaulois et restera tel quel au milieu du nouveau complexe.

Sous la place Hamilius, Codic a déjà obtenu l’implantation d’un Delhaize Premium qui s’étendra sur 9.000 m2. Autre signataire : Galeria Inno qui s’étendra en hauteur sur pas moins de sept niveaux.

Particularité du site : un labyrinthe thermique qui prendra place dans le septième sous-sol sous forme d’un puits canadien. La chaleur (et la fraîcheur) sous terre servira à chauffer (ou à refroidir) l’ensemble du complexe. Signalons encore que Foster a imaginé des toitures vertes sur chacun des bâtiments. « Le Royal Hamilius est un projet qui va révolutionner le centre-ville de Luxembourg, affirme sans détour le patron de Codic. C’est le genre de projet qu’un promoteur adore car il permet de transformer une ville en laissant une empreinte, qui plus est grâce à la signature d’un grand architecte. Nous allons augmenter le rayonnement de la ville tout en changeant sa mobilité. En investissements, c’est sans aucun doute le plus grand projet de Codic… »

Il reste donc quatre ans de travaux – certains parlent déjà de cauchemar… – aux Luxembourgeois pour qu’ils puissent voir à quoi ressembleront les nouveaux contours de leur centre-ville.

Quatre ans, c’est à la fois long et peu…