Ottignies: une invitée de marque chez William Lennox

La sportive a rencontré les jeunes patients. Une manière de les encourager.

Temps de lecture: 3 min

Ce vendredi, le centre hospitalier William Lennox recevait une invitée d’honneur pour sa journée sportive. En effet, la judokate Ilse Heylen, plusieurs fois championne de Belgique de judo mais surtout médaillée de bronze aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004 était la marraine de l’événement. La championne a mis tout son cœur pour guider les jeunes. Pour Pascal Mertens, l’administrateur délégué du centre hospitalier neurologique, choisir Ilse Heylen pour son événement était une évidence. « Récemment, nous avons remporté le prix de la faculté de santé publique de l’UCL qui était ouvert à tous les hôpitaux. Nous y avons présenté notre projet de revalidation par le sport, détaille-t-il. Ces journées sportives en font partie. Elles ont lieu depuis longtemps mais nous voulions leur donner cette année un nouveau cachet, avec une marraine d’exception qui a remporté 49 médailles dans toute sa carrière ».

Pascal Mertens a immédiatement pensé à la judokate de 38 ans pour encadrer les jeunes soufrant de troubles neurologiques.« Je suis également membre du comité olympique belge et nous avons discuté du projet en avril dernier, à l’ambassade de Belgique à Bakou, lors des Jeux européens. Il a suffi d’une demi-seconde à Ilse pour dire oui. Après, il fallait seulement gérer la question de son calendrier », sourit l’administrateur délégué.

Le CHN William Lennox encadre des enfants et des adultes souffrants de troubles variés. « Nous accueillons des personnes épileptiques, d’autres en revalidation suite à un accident vasculaire cérébral, certains qui ont subi un traumatisme crânien ou qui souffrent de troubles cognitifs. Enfin, certains sont aussi en éveil de coma ».

Un sport symbolique

Le judo représente la discipline-clé pour le centre hospitalier qui se sert depuis longtemps du sport pour améliorer le quotidien des patients.« C’est une discipline complète qui permet une prise en compte de son corps. De plus, il symbolise bien le centre. Le judo, c’est tomber et se relever. Ici, c’est pareil. De plus, il y a de grandes valeurs de respect », confie Pascal Mertens.

Les jeunes de 8 à 16 ans ont eu l’opportunité de vivre un entraînement de 30 minutes avec l’athlète. Elle leur a notamment appris à réaliser un ippon-seoi-nage (NDLR : que les enfants ont renommé ippon-sur-le-canapé, non sans humour…). La technique consiste à faire basculer son partenaire par-dessus sa propre épaule. La judokate a servi de partenaire à tous les enfants qui ont eu le plaisir de la mettre au sol.

Les enfants ont beaucoup apprécié la journée, à l’image d’Alain et Sabian. « C’était assez impressionnant. J’ai même eu l’occasion de la mettre au sol. J’aurais aimé le faire une deuxième fois », sourit Alain. « Le sport, ça m’aide et m’apporte beaucoup, ça me calme », raconte Sabian, 13 ans.

De son côté, la médaillée olympique a savouré elle aussi. « Le judo est un sport pour tous, une manière d’inculquer le respect aux enfants », confie Ilse Heylen.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une