Deauville prime le cinéma de demain

Deauville 2015 une compétition de qualité avec des films intéressants mais plutôt déprimants car ils reflètent la dure réalité de la vie quotidienne américaine: drogue, violence, exclusion, maladie, humiliation, prison...

Temps de lecture: 2 min

Des 14 films en compétition, un s'est détaché d'emblée: 99 homes de Ramin Bahrani avec Andrew Garfield et Michael Shannon sur les saisies immobilières. On l'avait annoncé d'emblée comme un Grand Prix potentiel vu l'excellence du sujet traité avec maîtrise et le jeu très convaincant des acteurs. Le jury de Benoit Jacquot n'a pas hésité, il lui décerne son Grand Prix. On ne peut qu'applaudir cette décision. Qu'en pense le distributeur français Wild Bunch qui avait décidé de ne sortir son film qu'en e-cinéma, c'est sur plateforme de cinéma à la demande?! En Belgique, le film sortira bien en salle cet automne.

Tangerine de Sean Baker, tourné par i-phone, rafle le Prix du jury.

Preuve que l'important n'est pas la forme mais le fond. Cela dit, tous ceux qui filment avec leur i-phone ne sont pas des cinéastes en puissance. Sean Baker à un vrai regard. Et, chose indispensable, une bonne histoire qui nous plonge dans 24 heures de deux transsexuelles dans Los Angeles un soir de Noël. Cela donne un film radioactif intelligemment mise en scène et incarnée par deux actrices transgenres étonnantes de naturel. En récompensant Tangerine, le jury de Benoit Jacquot salue aussi la performance de cette réalisation singulière ( le travail sur les couleurs est épatant) et cautionne joliment le cinéma en pleine révolution.

Le 41e Festival de Deauville faisait écho au cinéma de demain. Le jury de Benoit Jacquot l'a couronné.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une