Cours de citoyenneté: voici le contenu de l’accord (quasi signé) PS-CDH

S’exprimant sur le décret créant le cours de citoyenneté, le Conseil d’Etat avait relevé une différence de traitement «injustifiée» entre les réseaux – l’école publique étant promise à un cours en bonne et due forme alors que l’école libre comptait disperser la citoyenneté dans ses branches existantes – religion, histoire, français, etc.

Comment répondre au Conseil d’Etat ? Le PS souhaitait que le libre agisse comme l’école publique et organise un vrai cours à part entière. Le CDH bloquait, relevant que le Conseil d’Etat ne demandait pas explicitement qu’un cours à part entière s’insère dans l’horaire du libre.

Après plusieurs jours de discussions, un compromis est intervenu, vendredi soir, entre les techniciens du gouvernement de la Communauté française. Il est globalement conforme à ce que préconisaient Joëlle Milquet (CDH), la ministre de l’Education, et Etienne Michel, le patron du Secrétariat général de l’enseignement catholique (Segec).

Le réseau libre a les mains libres

Voici l’accord : contrairement à ce qui avait été prévu dans le projet de décret initial, on élaborera un référentiel commun à l’ensemble des réseaux – ce texte définira des grands objectifs communs du cours de citoyenneté. A charge pour chaque réseau, ensuite, de rédiger un programme exécutant ce référentiel. Sur le terrain, le libre pourra agir à sa guise et, conformément à ses vœux, soutenus par la ministre de l’Education Joëlle Milquet, les écoles libres pourront disperser la citoyenneté dans les cours existants.

L’inspection de la Communauté française pourra contrôler, dans le libre, la bonne exécution du référentiel. Comme on s’en doute, la citoyenneté, dans ce réseau, se logera en particulier dans le cours de religion. Ce cours sera inspecté par les inspecteurs de religion s’agissant des éléments liés au cours de religion et par des inspections mixtes, conjointes, associant les inspecteurs de religion et des inspecteurs de citoyenneté (un corps à créer) pour les éléments liés à la citoyenneté.

Cet accord doit encore être formellement approuvé lundi matin, par le bureau du PS.