A LA DECOUVERTE DU PELOTON (VII): VLAANDEREN 2002 NE PAS CHANGER UNE FORMULE GAGNANTE

A la découverte du peloton 98 (VII) : Vlaanderen 2002

Ne pas changer une formule gagnante

C'est, en 4 années, devenu un exercice obligé du début de la saison cycliste. La réussite de la formation Vlaanderen 2002, financée par le gouvernement flamand, dans sa mission formatrice se jauge, plus qu'aux résultats, aux contrats décrochés par ses jeunes pousses dans les grandes équipes. Le bilan n'est pas vilain puisque Vlaanderen peut s'enorgueillir de voir partir cette saison, en plus de Luc Roosen, qui a mis un terme à sa carrière, 4 coureurs. C'est un peu trop, glisse Roger Swerts, le directeur sportif de la formation. J'aurais préféré n'en laisser partir que deux, mais notre philosophie a toujours été de ne pas retenir nos coureurs quand ils ont possibilité d'évoluer à un plus haut niveau. Derrière l'amertume, il y a tout de même une grosse satisfaction pour cette équipe qui se veut l'université du vélo et dans laquelle il ne reste, dès lors, pas un coureur des débuts en 1994.

En 1998, Vlaanderen 2002, dont le plus beau «coup» reste évidemment la révélation de Tom Steels, voit donc partir Geert Van Bondt chez les Néerlandais de TVM tout en se faisant «piller» par Lotto qui a transféré Mario Aerts (vainqueur du Franco-Belge 97), Kurt Van de Wouwer (3e du national et vainqueur du Circuito Montanes en Espagne) et Geert Verheyen.

Avec 12 victoires en 1997, Vlaanderen a fait mieux que jamais. Toutefois, sa vedette, Glenn D'Hollander, a déçu. Lui qui avait failli signer chez Festina après son excellent Tour de l'Avenir 96 n'a remporté l'an dernier qu'une étape du Tour de la Région wallonne, à Saint-Hubert. Il a bien fait de ne pas partir chez Festina, dit Swerts, car, avec une telle saison, je ne suis pas sûr qu'on l'y aurait conservé. D'Hollander a, il est vrai, des circonstances atténuantes : J'ai eu beaucoup de problèmes de santé. En plus d'une opération au sinus, j'ai souffert par la faute d'un taux trop élevé d'acide lactique dans les muscles. Enfin, le Flandrien s'est vu contraindre de demander une exception à l'UCI concernant la règle du taux de globules rouges admis dans le sang (hématocrites) : comme 13 autres coureurs du peloton, D'Hollander est autorisé à voir son taux monter jusqu'à 51,5 % contre 50 % réglementaires (sa moyenne personnelle naturelle est de 50,5).

Pour le reste, et comme d'habitude, Vlaanderen 2002 donnera leur chance à 5 des meilleurs coureurs du peloton espoirs : outre Wuyts (qui a connu une expérience pro chez Saxon) et Cretskens, il y aura surtout Leif Hoste, Kristof Trouvé et Karel Vereecke. Le premier a passé un an dans l'équipe espoir Mapei-Grassi en Italie. Le deuxième a remporté le GP de l'E 3 amateur et Seraing-Aix-Seraing. Et le troisième s'est classé 2e du Tour des Flandres, 7e de Liège-Bastogne-Liège et 6e de Paris-Tours chez les espoirs. Reste à confirmer...

J.-F. Lws

VLAANDEREN 2002

Manager : Fons Leroy.

Directeur sportif : Roger Swerts.

Adjoint : Claude Vancoillie.

Wilfried Cretskens (néo-pro) 21 ans

Glenn D'Hollander 23 ans

Kris Gerits 26 ans

Leif Hoste (néo-pro) 20 ans

Nico Renders 23 ans

Bert Roesems 25 ans

Tom Stremersch 22 ans

Erwin Thijs 27 ans

Kristof Trouvé (néo-pro) 21 ans

Jarno Vanfrachem 22 ans

Kurt Van Lancker 26 ans

Wim Vansevenant 26 ans

Karel Vereecke (néo-pro) 21 ans

Stive Vermaut (néo-pro) 22 ans

Johan Verstrepen 30 ans

Peter Wuyts (néo-pro) 24 ans