Accueil

Bertrand Crasson: «Je me suis fait surprendre»

Article réservé aux abonnés
Chef de service adjoint Sports et chef de la cellule foot Temps de lecture: 3 min

Bertrand Crasson: «Je me suis fait surprendre»

SAINT-DENIS

De l'un de nos envoyés spéciaux

La saison 1997-98 ne restera pas gravée dans la mémoire du défenseur napolitain. Descendant en série B avec son club - qu'il quittera pour retourner à Anderlecht -, il a vécu, dans le somptueux vaisseau de Saint-Denis, 21 minutes d'enfer face à Marc Overmars, le turbulent ailier gauche d'Arsenal. Hors du coup, le défenseur bruxellois s'est même vu retirer du jeu après ce court laps de temps. En décembre 1996, au stade Roi-Baudouin, sur l'autre flanc, Philippe Léonard avait subi le même coup du sort en étant rappelé sur le petit banc par Wilfried Van Moer, à la demi-heure.

*Bertrand, tout s'est passé très vite pour vous. Trop vite sans doute...

*Dans les vingt premières minutes, il y avait, vous l'avez vu comme moi, peu de choses à faire, si ce n'est laisser passer l'orage. A gauche, Overmars était vraiment très fort: on voyait qu'il se sentait sûr de lui.

*Au point de vous flanquer un sacré tournis, non?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs