Accueil

Cantat, voix tragique de Sophocle

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Une voix. Enorme, fracassée, déchirante, effrayante. Une voix qui explose dans la nuit et porte le spectacle à incandescence. Cette voix, c’est celle de Bertrand Cantat. Une voix qu’on n’avait quasiment plus entendue depuis le drame de Vilnius (lire ci-contre).

C’est à cette voix fascinante, qui fit les belles heures de Noir Désir, que le metteur en scène Wajdi Mouawad a confié le rôle du chœur dans sa trilogie de pièces de Sophocle qu’on peut découvrir dès ce soir à Mons et la semaine prochaine à Namur.

Un choix dont ni lui ni les coproducteurs belges du spectacle (le Théâtre de Namur et le Manège.Mons), n’imaginaient qu’il susciterait de telles polémiques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs