Ceulemans entraînera Westerlo

Ceulemans entraînera Westerlo

Jan Ceulemans entraînera Westerlo la saison prochaine, club avec lequel il a signé un contrat de deux ans avec une option pour une saison supplémentaire. Il succèdera à Jos Heyligen, en partance pour Genk.

Ex-entraîneur de l'Eendracht d'Alost, le triple Soulier d'or retrouve ainsi la division un, à 30 kilomètres de mon domicile de Kessel, précise-t-il avec le sourire, et avec la certitude de diriger une bonne équipe. Je sais qu'on parle des départs de Koen Burg (NDLR: Lierse ou Genk, mais Westerlo fait le forcing pour le conserver) et Jochen Janssen (NDLR: Bruges ou Anderlecht), mais ils seront remplacés par des joueurs d'égale valeur.

A noter qu'il est aussi beaucoup question d'un départ de Toni Brogno à l'étranger (Udinese et Wolfsburg l'ont visionné contre Lommel lors du dernier match à domicile). Westerlo négocie pour sa part avec plusieurs joueurs de Germinal Ekeren. Le défenseur Marc Schaessens et le milieu de terrain bosniaque Cvijan Milosevic seraient même sur le point de signer. Le gardien Jan Moons et le défenseur international Mike Verstraeten sont également convoités, ainsi que Philip Haagdoren, demi-droit ou attaquant du Lierse en contact avec GBA.

Recordman des sélections avec 96 «capes», entre 1977 et 1991, Jan Ceulemans entraîne actuellement Ingelmunster, leader de le division 3 A avec 33pts en 16matchs, et quart de finaliste de la Coupe de Belgique, où il accueillera le Standard.

Je me consacrerai jusqu'au bout à mes fonctions actuelles , avoue le «Caje», bien décidé à quitter Ingelmunster avec le titre de division 3 A en poche. Il a cependant précisé que ses ambitions étaient de jouer un rôle aussi important que que possible avec Westerlo la saison prochaine...

Ceulemans ne représentait pas la première option du président René Gijbels, qui a vainement tenté de convaincre son ami polonais Stanny Gzil (Beveren) de le rejoindre au Kuipje. Mais ce dernier a décliné l'offre, après avoir appris que le choix présidentiel ne faisait pas l'unanimité. La direction préférait un vrai Campinois, modeste, et adepte, comme Heyligen, d'un football attractif, mais simple, explique le manager Herman Wij- nants. (Belga.)