Chantal Nobel contre Sacha Distel

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Chantal Nobel contre Sacha Distel: drôle de procès

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL

PERMANENT

Paris, 8 décembre.

Un poteau en ciment a brisé net la vie de femme et d'actrice de Chantal Nobel, une nuit d'avril 1985, dans une courbe de la Nationale 7. La comédienne (au zénith du succès, avec la série TV «Châteauvallon») était la passagère de Sacha Distel. Trois semaines de coma et trois ans de rééducation pour elle. Quelques ecchymoses pour lui. Jeudi, à Nevers, un procès les oppose l'un à l'autre, pour trancher du prix d'une vie brisée.

La «Porsche» du chanteur roulait-elle trop vite? Sacha, qui sortait d'un spectacle donné à l'Olympia, a-t-il été vaincu par la fatigue et s'est-il endormi au volant? Ou bien est-ce la chaussée qui, à l'entrée du virage de Maltaverne (à quelques kilomètres de Cosne-sur-Loire), était recouverte d'une pellicule d'huile et a provoqué le dérapage imprévisible de la voiture?

Plus de trois ans et demi plus tard, c'est l'affrontement devant le tribunal correctionnel de Nevers: lui, comme accusé; elle comme partie civile. Leurs versions de l'accident diffèrent considérablement.

Sacha Distel a toujours affirmé que, parfaitement éveillé, il conduisait sa voiture à environ 70 km/h, et qu'il a perdu le contrôle de la «Porsche» en raison d'une plaque d'huile répandue sur la chaussée. Chantal Nobel déclare, au contraire, que le véhicule roulait à quelque 150 km/h et que le conducteur devait s'être endormi, car il ne répondait plus à ses questions depuis un moment, lorsque la voiture a quitté la route pour aller s'écraser sur le bas-côté.

Séquestrée?

Chantal Nobel n'était pas présente dans la salle d'audience, à l'ouverture du procès, mais bien Sacha. Ce dernier eut d'ailleurs fort à faire pour se dégager de la foule des photographes, surgis à Nevers, et qui l'ont poursuivi de leurs flashes jusque dans la salle du tribunal.

D'emblée, le procès a pris mauvaise tournure. L'atmosphère, que le président du tribunal avait voulue sereine, fut vite troublée par les étranges déclarations d'un des avocats des parties civiles. Car il y a là deux représentations des parties civiles: celle des parents de la jeune femme et celle de son mari.

Or, si l'on en croit ce que dit l'avocat qui représente les intérêts des parents de Chantal Nobel, toute l'affaire est en train de tourner en un sombre règlement de comptes entre le mari de la victime et Sacha Distel. D'autre part, les parents de Chantal accusent ce mari de «séquestrer» sa femme et d'exercer sur elle des pressions qu'ils qualifient d'intolérables!

Ainsi, a-t-il été fait état d'une lettre de Chantal à sa mère où l'actrice écrit: Maman, viens vite, j'ai peur. Il y aurait donc là l'amorce d'un second règlement de comptes: à l'intérieur de la famille, cette fois!

Un an de prison

Il avait fallu découper au chalumeau les tôles tordues de la «Porsche» pour en dégager le corps inerte de Chantal. Après des mois de souffrances et des années de tenaces efforts pour récupérer physiquement et moralement, la jeune femme ne marche encore qu'avec difficulté. Son retour devant les caméras, régulièrement annoncé, est constamment reporté à plus tard. Et nul ne sait quand ce come-back, qui pourrait refaire d'elle une vedette, aura effectivement lieu.

Dans un premier temps, Sacha Distel avait été disculpé par une expertise confortant sa version des faits. Mais d'autres expertises lui sont défavorables: à l'endroit de l'accident, la courbe de la route est légère et, avec ou sans huile sur la chaussée, aucun véhicule qui l'a négociée n'a varié de trajectoire. Enfin, depuis 1985, aucun accident ne s'est produit là, en dépit d'une circulation intense.

Le chanteur, poursuivi pour blessures involontaires et défaut de maîtrise de son véhicule, risque une peine pouvant aller jusqu'à un an de prison.

JACQUES CORDY.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une