Christiane Lenain a fait ses derniers adieux à ses chers spectateurs Rire éclatant et larme à l'oeil

Temps de lecture: 3 min

Christiane Lenain a fait ses derniers adieux à ses chers spectateurs Rire éclatant et larme à l'oeil

Reine des scènes belges, elle fut une indiscutable vedette au coeur«gros comme ça».

Elle avait quitté la scène il y a un peu moins de dix ans mais sa popularité était restée intacte. Elle était même devenue une légende. Avec la mort de Christiane Lenain, qui vient de succomber à une longue maladie, une figure exceptionnelle du théâtre belge disparaît, qui avait cependant déjà sa place dans la mémoire collective...

Christiane Lenain est associée avant tout à la Compagnie des Galeries, dont elle fut l'incontestable vedette durant près de quatre décennies. Elle y était entrée à l'âge de 19 ans, après avoir fait ses armes au Rideau de Bruxelles dont elle avait suivi les cours, donnés par Claude Etienne et Werner Degan. Jeune prodige, elle avait aussi arpenté les planches du National, du Vaudeville et du Théâtre de la Bourse. C'est là que Jean-Pierre Rey la remarque. Il l'engage au sein de la Compagnie des Galeries qu'il dirige et, bientôt, l'épouse.

LA TÉLÉ ÉTAIT LÀ

Christiane Lenain devient à la fois la locomotive de la troupe et la coqueluche du public. La télévision commence à pénétrer dans les foyers et relaie beaucoup de spectacles théâtraux. Christiane Lenain bénéficie d'emblée de cette promotion. Elle joue déjà les rôles comiques où elle va s'imposer comme personne. Mais on la voit aussi dans des personnages tragiques. Devant les caméras de ce qui s'appelle encore l'INR, elle interprète mademoiselle Jaïre dans la pièce de Ghelderode.

La demoiselle de Beloeil qu'elle est, puisqu'elle est née dans la cité du prince de Ligne en 1935, se révèle une comédienne complète: elle est Ophélie dans «Hamlet», Helen Keller dans «Miracle en Alabama», «Poil de Carotte», où son émotion et son espièglerie font merveille... Et les critiques, frappés par la diversité de son talent, lui décerneront l'«Eve» du théâtre en 1964 pour son interprétation de Violaine dans «L'annonce faite à Marie» de Claudel.

Mais dans les emplois comiques, le public la plébiscite soir après soir. Elle est un incroyable Frégoli féminin dans «Une bonne bonne, ça ne pousse pas sur un arbre»; elle est une Madame Sans-Gêne d'une exubérance hilarante, elle joue d'innombrables fois, avec Serge Michel (qui était l'un de ses partenaires favoris), «Le ciel de lit». Elle forme d'ailleurs avec Michel et Jean-Pierre Loriot le plus célèbre trio d'acteurs que le théâtre belge ait connu...

SUZ ANNEKE ET SA MAMAN

Elle s'est bien entendu attelée à la pièce fétiche de la Compagnie, l'inoxydable «Mariage de mademoiselle Beulemans», où elle est successivement Suzanneke et sa mère, avec un égal abattage et une aussi irrésistible bonne humeur. Lenain suscitait la sympathie parce qu'elle en débordait elle-même: le public se sentait submergé par la générosité de son jeu et le lui rendait bien.

Le don de soi, elle le poussa d'ailleurs à son comble. Jusqu'à s'épuiser, miner sa santé et finir par devoir abandonner un métier qui était sa passion. Le contact avec le public était le sens même de sa vie: Vous savez , confiait-elle, quand on a des rappels répétés, que les gens ont bien ri, qu'ils ont été heureux, nous, les comédiens, on en pleurerait.

Elle disait ça avec le plus charmant des sourires et une larme qu'elle laissait perler au coin de l'oeil: cette capacité d'émotion dans les situations les plus dé- sopilantes, cette façon bien à elle de doter d'une humanité vraie les silhouettes parfois sommaires du théâtre de boulevard faisaient tout son art et constituaient le secret de sa séduction. Elle jouait toujours franc jeu et se rebellait lorsqu'on insinuait que les acteurs comiques appliquaient des recettes: Des «ficelles», des trucs, pour les comiques, il n'y en a pas tellement, disait-elle , on les met dans des pièces qui ne sont pas très bonnes et qu'il faut sauver...

Elle en a sauvé, des pièces. Elle ne s'est pas sauvée elle-même. Mais dans notre souvenir, son image où l'intelligence, la gentillesse et le talent se rencontraient miraculeusement est sauve à jamais.

JACQUES DE DECKER

Chargement
Le fil info
Tous

En direct

Le direct

    La Une Le fil info

    Allez au-delà de l'actualité

    Découvrez tous les changements

    Découvrir

    À la Une