Cioran refuse le prix Paul-Morand

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Cioran refuse le prix Paul-Morand

L'Académie française a décerné jeudi son Grand Prix Paul-Morand, l'un des prix les mieux dotés de France avec 300.000 FF, à l'écrivain et philosophe d'origine roumaine Emile-Michel Cioran, qui a décidé de le refuser. «Ce prix est incompatible avec ce que j'écris, avec ma vision des choses. On ne peut applaudir aux choses que j'ai écrites. Mon oeuvre est une oeuvre de négation, je ne peux pas avoir un prix», a déclaré E. M. Cioran, 77 ans, joint au téléphone par l'A.F.P.

Né en 1911 en Roumanie, installé en France depuis 1937, Cioran a adopté le français dès son premier livre important, Précis de décomposition. Un ouvrage où l'on trouve déjà quelques-uns de ses principes fondamentaux. Ainsi, dès la première page: «En elle-même toute idée est neutre, ou devrait l'être; mais l'homme l'anime, y projette ses flammes et ses démences (...): le passage de la logique à l'épilepsie est consommé...»

Dans le même livre, Cioran dessinait rapidement son autoportrait: «Je pense à un moraliste idéal - mélange d'envol lyrique et de cynisme - exalté et glacial, diffus et incisif, tout aussi proche des Rêveries que des Liaisons dangereuses, ou rassemblant en soi Vauvenargues et Sade, le tact et l'enfer.»

Cioran posait les bases d'une philosophie qu'il ne cessera d'approfondir en se rapprochant des philosophies orientales sans renoncer à son amour de la langue française du dix-huitième siècle.

Désespérément lucide, convaincu De l'inconvénient d'être né malgré La Tentation d'exister - pour citer deux autres titres révélateurs -, Cioran n'a que parcimonieusement ajouté ses livres à tous ceux qui existaient déjà. «Tout mot est un mot de trop.» Mais il faut des mots pour le dire... Alors, en une dizaine d'ouvrages brefs et pénétrants, il a traversé quatre décennies sans peser sur elles, rassemblant cependant un nombre de plus en plus élevé de lecteurs, acceptant dans les années cinquante un prix littéraire qui lui avait été donné en commun avec le dramaturge Adamov avant de refuser, en 1977, le prix Roger-Nimier.

Les intimes de Cioran, parlant de lui, ajoutent souvent à son portrait un sens de l'humour particulièrement développé. Louis Nucera y revient dans le dernier numéro du «Magazine littéraire». Or Louis Nucera avait été cité comme favori du prix Paul-Morand (et a obtenu quatre voix lors du vote). Vous avez dit humour?

PIERRE MAURY.

Les livres de Cioran sont publiés chez Gallimard.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une