Congo : festivals Afrika et Afrique taille XL « censurés » ?

EXCLUSIF Ces deux festivals programment plusieurs films politiques dans la perspective du 50e anniversaire de l’indépendance du Congo. Or, le ministère belge des Affaires étrangères veut éviter toute fausse note. Les deux festivals devraient donc revoir leur programmation s’ils veulent recevoir des subsides. Par Colette Braeckman

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

Dans la perspective du 50e anniversaire de l’indépendance du Congo, les festivals de films africains sont sur la brèche et programment plusieurs films politiques, dont le Lumumba, réalisé par le cinéaste haïtien Raoul Peck, ou Mobutu roi du Zaïre, de Thierry Michel.

Comme les années précédentes, les organisateurs de l’Afrika film festival de Leuven (du 16 avril au 1er mai) et d’Afrique taille XL (22 au 25 avril) se sont donc adressés à la Coopération au développement, qui d’ordinaire soutient financièrement ces activités, sur le budget de l’éducation au développement. Mais cette année, une cellule « 50e anniversaire » mise sur pied au ministère des Affaires étrangères supervise toutes les activités liées au Congo. Et semble craindre, par-dessus tout, la moindre fausse note.

A tel point que, d’après les organisateurs du festival du film africain à Louvain, Guido Convents et Guido Huisman, il leur a été signifié que, s ’ils voulaient encore être soutenus, ils devaient retirer de l’affiche les films précités. Et cela alors que Guido Huisman a déjà invité à Louvain la veuve de Patrice Lumumba, afin qu’elle commente l’œuvre de Raoul Peck au moment de sa programmation. Même son de cloche à Ixelles, chez les organisateurs du festival XL : « À la Division générale de la Coopération au développement, on nous a dit que si nous maintenions au programme le film de Raoul Peck, le financement de notre festival deviendrait problématique », s’inquiète Aurore Engelen, qui ajoute « ce financement de la coopération, cela représente la moitié de notre budget… »

Au ministère des Affaires étrangères, on nie cette forme de censure, ou ce souci du politiquement correct qui date d’un autre âge et on assure que cette menace sur les financements des festivals de films africains ne peut avoir été dictée par la hiérarchie, qui a pour politique de ne pas se mêler du contenu de la programmation des festivals… Il n’empêche que, jusqu’à nouvel ordre, cinquante ans après la mort du héros de l’indépendance congolaise, Lumumba, vu par Raoul Peck, a soudain perdu droit de cité, à Leuven et à Ixelles…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une