CRASH EN FLORIDE: 109 DISPARUS LES EVERGLADES : PIRE ENNEMI DES SAUVETEURS

Temps de lecture: 5 min

Crash en Floride : 109 disparus

L'avion a aussitôt sombré dans les marais. Le DC-9 avait eu sept incidents de vol au cours des deux dernières années.

Un des accidents d'avion les plus meurtriers aux Etats-Unis. Le DC-9 de la compagnie ValuJet s'est écrasé samedi en début d'après-midi près de l'aéroport international de Miami (Floride), avec 109 personnes à bord et pas de survivants. C'est le plus grave accident d'avionsurvenu aux Etats-Unis dans les vingt dernières années. Et l'endroit où cela s'est passé est un des endroits les plus inaccessibles pour les sauveteurs.

L'avion, un DC-9 à destination d'Atlanta, s'est écrasé dans une zone marécageuse à environ une douzaine de kilomètres de l'aéroport. Selon un témoin oculaire de l'accident - un pilote amateur nommé Daniel Muelhaupt -, interrogé par la chaîne de télévision CNN, c'était terrible. L'avion a piqué tout droit dans les marais et a été aussitôt englouti.

Le vol 592, qui venait de décoller de l'aéroport de Miami, a semblé connaître des difficultés après une cinquantaine de kilomètres de vol et avait décidé de retourner sur Miami lorsqu'il a disparu des écrans radars, a indiqué Anthony Willett, un porte-parole de la Federal Aviation Administration (FAA-l'aviation civile américaine) à Washington.

Le porte-parole a précisé qu'il y avait apparemment de la fumée qui sortait du cockpit, ce qui a été confirmé par les autorités de l'aéroport de Miami. Le capitaine du DC-9 était un homme très expérimenté et bien entraîné, a déclaré, dimanche, le président de ValuJet, Lewis Jordan. Il totalisait 8.000 heures de vol.

Des informations contradictoires circulaient, dans un premier temps, sur le nombre précis de personnes à bord. Un porte-parole de la FAA, Christy Williams, a cependant indiqué qu'il y aurait 104 passagers à bord, et un équipage de 5 personnes.

Le vol 592 est parti de Miami (Floride) à destination d'Atlanta (Géorgie). Il était programmé pour décoller, comme tous les jours, à 13 heures, heure locale (19 heures chez nous), selon un porte-parole de la compagnie ValuJet. Il précise, par ailleurs, que le DC-9-32 de McDonnell Douglas venait tout récemment d'être inspecté.

Mais selon le quotidien «The Cleveland Plain Dealer», qui affirme s'appuyer sur des documents de l'administration fédérale de l'aviation (FAA), le DC-9 avait connu sept incidents de vol ces deux dernières années : fuites d'huile, problèmes de dépressurisation et d'air conditionné. Ces incidents avaient chaque fois contraint l'avion à effectuer demi-tour. En août 1995, la compagnie Valujet n'avait pas reçu l'agrément du ministère de la Défense pour embarquer des militaires. Récemment, l'appareil avait encore dû se poser à Atlanta en raison d'un incident.

L'accident est survenu dans une zone éloignée de marécages du parc national des Everglades non accessible par la route. Les équipes de secours devaient emprunter des embarcations pour approcher le site de l'accident (voir par ailleurs). Quelque 80 sauveteurs ont participé samedi aux recherches.

- Il semblerait qu'il y ait juste quelques débris, a indiqué un porte-parole des garde-côtes de Miami, Chris Hollingswood. L'avion a coulé immédiatement dans les eaux noires et épaisses de ces marécages.

Interrogé pour savoir s'il y avait des survivants, il a déclaré, le soir des faits : pour l'instant, non.

Samedi, le président des Etats-Unis, Bill Clinton, a offert ses prières aux familles et aux amis des passagers du DC-9 disparus.

Les recherches ont dû être interrompues pendant la nuit. Etdimanche dans la soirée, aucun corps n'avait encore été retrouvé, juste quelques vêtements et un album de photos de famille, a déclaré un responsable des opérations de secours, le lieutenant Luis Fernandez. Son pire ennemi : le terrain qui est difficilement accessible.(AFP)

Les Everglades : pire ennemi des sauveteurs

L'avion tout entier a été comme avalé par les eaux peu profondes des marécages du parc national des Everglades situé dans la partie ouest de la Floride. Très peu de débris étaient visibles en surface. Les Everglades sont comme des sables mouvants, il n'y a pas de fond, déclare Harold Johnson, vice-président du Conseil des Everglades.

Samedi, les secours n'ont fait qu'approcher du lieu de l'accident. Il était impossible pour un hélicoptère de se poser. Les quelques plongeurs déposés sur place pataugeaient dans la boue noire jusqu'à la poitrine.

Le commandant Mark Feldman, des garde-côtes américains, a été l'un des tout premiers à survoler le lieu de l'accident.

- Nous sommes arrivés sur les lieux de l'accident vers 14 h 45 (heure locale) samedi. Nous avons survolé le site et étions préparés à déposer des sauveteurs, a-t-il dit. Mais ce n'était plus la peine: nous n'avons vu aucun corps. L'avion avait peut-être éclaté en des centaines de morceaux.

Dans les Everglades, vivent des alligators de plus de trois mètres de long et des serpents venimeux. C'est probablement l'environnement le plus inhospitalier, dit Paul Sparks, chef des pompiers de Fort Lauderdale (Floride). Les spécialistes locaux estiment cependant que l'impact de l'avion a probablement fait fuir les crocodiles.

- Beaucoup d'entre nous sommes intervenus à Oklahoma City, et nous n'allons pas nous déclarer vaincus de sitôt, déclare le chef-adjoint des pompiers de Miami, Carlos Castillo.

Le seul moyen d'approche est d'emprunter une sorte de plateau en aluminium propulsée par une hélice permettant de se déplacer en léger contact avec l'eau. Mais ces hydroglisseurs n'ont pu être utilisés immédiatement à cause du risque d'incendie lié à la présence de kérosène.

Les responsables des secours ont pensé construire un ponton à partir d'une digue existante jusqu'à proximité du lieu de l'accident pour y poser une grue capable de sortir l'épave de l'avion, ou de mettre à l'eau des grues flottantes.

Dimanche, le problème de l'approche n'était toujours pas résolu. Notre principal objectif aujourd'hui est de nous rapprocher le plus possible du secteur de l'accident, a précisé le lieutenant Luis Fernandez des pompiers de Dade, en indiquant que des bulldozers allaient tenter dans la journée de déverser des graviers pour établir une piste dans ce secteur des Everglades particulièrement marécageux. Cette piste a aussi été écartée.

L'avion de la compagnie ValuJet s'est abîmé dans un secteur où l'eau est profonde de 90 cm à 1 m 50, avec en dessous une fange d'une épaisseur au moins égale. Les opérations de recherche sont très difficiles, très lentes, mais elles continuent, a-t-il ajouté. Je ne sais pas combien de temps cela va prendre, a-t-il encore dit. Dimanche, près de 200 sauveteurs étaient présents sur place. (AFP.)

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une