L'Autriche

L'Autriche

double en «géant»

Helmut Mayer a attendu son vieil ami Rudolf Nierlich, sur l'aire d'arrivée du slalom géant, jeudi, à Vail. Il savait bien que son compatriote était le seul à pouvoir l'empêcher de devenir champion du monde...

Sa déception fut immédiatement balayée par la joie de voir, comme la veille dans le super-G féminin, deux Autrichiens sur les deux plus hautes marches du podium. En outre, c'est la première fois depuis Karl Schranz, en 1970, à Val Gardena, qu'un Autrichien devient champion du monde de géant. Le tenant du titre, le Suisse Pirmin Zurbriggen, ne récolte que la médaille de bronze.

Les Etats-Unis réussissent bien, au demeurant, aux deux compères: c'est sur la côte est, en 1984, qu'ils réussirent en effet la première fois un même doublé, à l'occasion des championnats du monde juniors à Sugarloaf.

Aucun autre coureur ne put contester le succès de Nierlich (surnommé «Le muet» par ses coéquipiers tant il parle peu), qui avait déjà réussi quelques coups d'éclat cette saison, en se classant deuxième du géant des Menuires avant de remporter celui de Kirchberg et, cinq jours plus tard, le slalom de Kitzbuehel.

Mayer - vice-champion olympique du super-G à Calgary et meilleur temps de la deuxième manche - est relégué à 1.62, Zurbriggen à 1.72 et le Luxembourgeois Marc Girardelli à 1.91. Quant à l'Italien Alberto Tomba, champion olympique de la spécialité, il termine à plus de deux secondes: une grosse faute avant la mi-parcours, sur le premier tracé, l'avait presque déséquilibré, et il s'était retrouvé 15e de cette manche.

J'ai été surpris dans un passage pourtant facile, expliqua l'Italien. Mais je reste très motivé pour le slalom de dimanche.

Juste derrière lui... Stenmark. Le roi «Ingo» est toujours là mais ses vieilles jambes, qui ont gagné 85 courses de Coupe du monde, ne lui permettent plus tout à fait de suivre le rythme...

SLALOM GÉANT MASCULIN

1. NIERLICH (Aut) 2.37.66

2. Mayer (Aut) 2.39.28

3. Zurbriggen (Sui) 2.39.38

4. Girardelli (Lux), 2.39.57; 5. Hangl (Sui), 2.39.75; 6. Furuseth (Nor), 2.39.80; 7. Stenmark (Suè), 2.39.85; 8. Tomba (Ita), 2.40.11; 9. Wieche (E-U), 2.40.86; 10. Gaidet (Fra), 2.40.87; ... 45. Marc Henry (B), 2.59.61; 46. Eric Stappers (B), 3.01.74; 48. Philippe Henry (B), 3.02.26.

La dernière chance

de Vreni Schneider

Il ne reste plus qu'une course à Vreni Schneider pour remporter enfin une médaille d'or dans ces 22es Championnats du monde: le slalom géant, qui sera disputé samedi. La dernière chance pour la championne du monde et championne olympique de la spécialité, déjà deux fois médaillée d'argent, de confirmer sa suprématie actuelle sur les disciplines techniques: n'a-t-elle pas gagné les 5 géants comptant pour la Coupe du monde déjà disputés? Mais elle avait aussi gagné les 5 slaloms, et c'est la Yougoslave Mateja Svet qui est championne du monde, mettant un terme à cette série et privant la Suissesse d'un titre qui lui semblait promis.

Comme dans le slalom, elles sont nombreuses, en effet, à attendre la «faute» éventuelle de la Suissesse pour en tirer profit. Et notamment ses deux plus grandes rivales de la saison, Svet et l'Autrichienne Ulrike Maier, toute nouvelle championne du monde du super-G. Car elles savent maintenant que Schneider n'est pas imbattable.

Svet et Maier auront l'avantage de prendre le départ en n'ayant plus rien à prouver ici. Tout comme la Suissesse Maria Walliser, qui a conservé son titre mondial de la descente. Mais après les reproches de son entraîneur, Ian Tischhauser, estimant qu'elle n'avait pas assez attaqué dans le super-G, Walliser va sû-re-ment donner le meilleur d'elle-même dans une discipline où elle a été médaillée de bronze aux mondiaux de Crans-Montana et aux Jeux de Calgary.

L'Italien Alberto Tomba essayera pour sa part de prouver sa domination, dimanche, dans le slalom messieurs. Il veut en appeler de son échec dans le géant. Mais l'Autrichien Rudolf Nierlich - nouveau champion en géant - rêve d'un doublé, tandis que le Luxembourgeois Marc Girardelli, le Novégien Ole Christian Furuseth ou... le Suédois Ingemar Stenmark aimeraient clôturer ces championnats en beauté.