Accueil

LA DEESSE BIRMANE DE LA DEMOCRATIE

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

La déesse birmane

de la démocratie

Placée en résidence surveillée depuis le 20 juillet, Mme Aung San Suu Kyi, leader de la Ligue nationale pour la démocratie, principale formation de l'opposition au régime militaire de Rangoon, observe, depuis, une grève de la faim. La fille du père de l'indépendance du pays, le général Aung San, a réclamé non pas sa remise en liberté mais d'être traitée comme d'autres militants de la LND, plus de 2.000 personnes, qui ont été emprisonnés.

Cette femme de 44 ans était le 5 avril à Danubuyu, une ville à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale birmane, où elle effectuait une tournée de mobilisation contre la dictature. Six soldats en position de tir lui barrèrent la route. Le capitaine commença le décompte avant d'ouvrir le feu. Bravant les fusils, elle continua à avancer vers le siège de son parti alors que ses amis reculaient... Un haut officier intervint in extremis pour empêcher le meurtre...

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs