FROIDEBISE SCENOGRAPHE AU THEATRE D'AMOUR ET DE QUALITE UNE HISTOIRE D'AMOUR ET DE QUALITE

Froidebise scénographe au Théâtre d'Appoint

Une histoire d'amour et de qualité

Superbe trajectoire que celle du Théâtre d'Appoint d'Orp qui, en bientôt cinq ans d'existence, s'est taillé non seulement sa place au soleil des troupes d'amateurs mais a pu relever un défi de taille: faire apprécier un théâtre différent par un public peu familiarisé avec la scène.

Ce n'est donc que justice qu'il bénéficie pour la deuxième - dernière? - année consécutive et d'un subside de la Communauté française et d'un travail de collaboration étroite avec un metteur en scène professionnel qui n'est rien d'autre que Lucien Froidebise. Eh oui! bien que retraité, notre homme se plaît encore à mettre en scène quelques pièces de son choix, et il se montre difficile. Heureuse élue que la troupe orpoise! Qui, bien d'évidence, est consciente de sa chance.

Jean-Paul Wauters: Déjà l'an dernier, nous avons pu beaucoup progresser au contact de François Cornet. Sa fantaisie et son imagination convenaient parfaitement au genre de pièce, «Le Roi, le paysan et la marmite», un peu abracadabrante. Cette fois, nous avons pu faire encore un grand pas en avant et l'on peut dire que les deux hommes sont vraiment tout à fait complémentaires. La pièce choisie cette année, «Demain, une fenêtre sur rue», de Jean-Claude Grunberg, exigeait à la fois une grande fidélité à l'auteur et un travail en profondeur, tout intérieur du comédien.

Et d'ajouter: En outre, nous avons pu découvrir Froidebise en scénographe et l'on peut dire qu'il voit clair: décors élaborés, recherche des couleurs... Il domine largement tous les langages de la pièce et nous donne la cohérence. Nous pouvons être reconnaissants à Joseph Simon qui a été un peu l'ange gardien de la troupe et l'a suivie dans son évolution et surtout dans ses ambitions, qui ne sont pas minces.

Et le spectacle (1)? Un thème pas simple d'autant qu'il est brûlant d'actualité: la guerre. Dans sa forteresse, bourrée à craquer de vivres et d'ennui, la famille Duplantin, des petits-bourgeois, ne connaît qu'un loisir, le spectacle de la rue. Pour tous? Pas pour Huguette, en marge, dont on étouffera vite les cris. L'épilogue de cette pièce, au tempérament fort, qui touche de plein fouet à la scène. Dans la foulée des démarches précédentes de la troupe, la pièce est interprétée avec talent: refus du vedettariat, recherche de qualité jusque dans les moindres détails et efficacité du langage. Autant de valeurs que le public orpois a déjà pu apprécier. A telle enseigne que «Demain, une fenêtre sur rue» occupera quatre soirées consécutives.

R. V.

(1) Le spectacle se donne à l'école communale d'Orp-le-Grand (ancien Lycée d'État) les jeudi 22, vendredi 23 et samedi 24 novembre à 20 heures et le dimanche 25 à 15 heures. Réservation des places: 019-63.35.45. Prix des places: 150 F.