Accueil

ACQUISITION D'UN TERRAIN PRES DE PARIS:NOUVEAU PARC EN 1995? WALIBI DECOUVRE SOUDAINEMENT SA CRISE

Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

Acquisition d'un terrain près de Paris: nouveau parc en 1995?

Walibi découvre soudainement sa crise

Augmenter les prix demandés au public et réduire les frais de l'entreprise: la formule est classique, mais semblait jusqu'ici étrangère au groupe Walibi. Cela va changer, dès 1993, après que le spécialiste des parcs d'attractions eut découvert au sortir de l'été dernier que la confortable croissance, classique jusqu'alors, pouvait subir des revers. Et provoquer une chute libre des résultats: une baisse de près de 70 % du bénéfice d'exploitation durant les huit premiers mois 1992 par rapport à la même période de 1991.

Nous avions l'oeil davantage rivé sur le nombre de visiteurs que sur la gestion de nos frais, disent aujourd'hui les patrons de Walibi. L'objectif fixé pour 1993 est d'abaisser de 10 % le seuil de rentabilité. Comment? En réduisant - de 5 % en moyenne, inflation comprise - le budget de fonctionnement et en augmentant dans la même proportion les prix de vente. Marges de manoeuvre? Côté frais, le groupe va notamment éviter les «sous-emplois» de son personnel, repenser son budget consacré à la communication (350 millions de francs par an) et développer la vente de billets d'entrée en dehors des parcs: Des négociations sont en cours. Walibi prépare, entre autres, côté tarifs, une hausse de 3,5 % du prix d'entrée à Walibi Wavre et un accroissement de 7 % des tarifs proposés aux groupes et aux écoles.

La réalité de 1992 se situant bien en deça des prévisions, même les plus sombres, les dirigeants du groupe vont essentiellement tenter l'année prochaine de réaliser de meilleurs résultats. Les nouvelles acquisitions passent au second plan. Walibi prépare cependant l'avenir: le groupe a acquis fin septembre, pour 60 millions de FB, un terrain de 23 hectares occupé par un petit parc d'attractions misérable situé au sud d'Orly (Paris). À tout le moins un placement foncier; au mieux un nouvel atout: La décision de développement du site ne devrait pas intervenir avant la fin de l'exercice 1993, des négociations se poursuivant pour l'acquisition de terrains supplémentaires. L'ouverture ne pourrait intervenir avant 1995.

L'année 1992 nous offre une leçon: nous ne serons plus seulement des entrepreneurs, mais aussi des managers, concluent les dirigeants de Walibi. Lesquels maintiennent, contre vents et marées, leur confiance dans le formidable potentiel de croissance de leur activité d'animateurs de «foires» géantes (4 millions de visiteurs aujourd'hui pour 10 millions escomptés en l'an 2000). L'avenir dira s'ils se sont trompés. Entre-temps, ils donnent aux revers subis cette année une foule d'explications objectives (grèves des transporteurs, pluies, concurrence de l'Expo de Séville et des Jeux olympiques) sans douter un instant de l'intérêt constant, croissant, du public pour ce mode de divertissement. Mais imagine-t-on Walibi tirer sur l'ambulance?

PHILIPPE REGNIER

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une