LES ILES UNE NOUVELLE FOIS FATALES AUX BRUGEOIS: CHELSEA 2 - FC BRUGES 0 DIRK,QU'AS-TU FAIT LA?

Temps de lecture: 6 min

Le Club, dernier représentant belge sur la scène continentale, ne participera pas aux demi-finales de la Coupe des Coupes

Les Iles une nouvelle fois fatales aux Brugeois !

C'était déjà 2-0 au repos... Le baroud d'honneur brugeois fut aussi beau qu'inutile. La naïveté de Medved a coûté cher !

Chelsea 2

FC Bruges 0

Les 31.000 places du stade de Stamford Bridge n'avaient pas toutes trouvé acquéreurs pour la venue de Bruges. Sans doute refroidis par la pluie continue qui se mit à tomber une bonne heure avant le match sur Londres, les derniers récalcitrants préférèrent suivre la rencontre à la BBC.

Poursuivi par une malchance noire, Glenn Hoddle avait une nouvelle fois dû chambouler son équipe à la veille de ce quart de finale où, disaient les plus remontés des supporters des «Blues» ou les plus «nuancés» des journaux populaires, il jouait ni plus ni moins que sa tête. Il coucha son nom sur le banc des réservistes en compagnie de Rix, un vétéran reconverti depuis 4 ans dans le rôle d'entraîneur adjoint mais qui n'hésite pas à répondre favorablement quand l'urgence l'exige...

Spencer et Newton, blessés, manquaient à l'appel au même titre, évidemment, que Wise qui, en plus de ses tracas physiques, avait écopé, la veille, d'une peine d'emprisonnement de 3 mois. Hoddle titularisa dès lors Stein, Rocastle et Burley.

Côté brugeois, longtemps incertain, le valeureux capitaine Franky Van der Elst avait tenu à être présent sur le terrain.

Hélas, dans cet authentique match de Coupe, Franky n'allait pas être beaucoup aidé dans l'entrejeu, surtout en première période, par Paul Okon, dont on avait peut-être démesurément gonflé la prestation honnête face à Anderlecht.

Tout avait pourtant bien commencé pour le Club qui, au cours du premier quart d'heure, parvint parfaitement à contenir la fougue de Peacock et les assauts désordonnés de cette pâle équipe londonienne. Mais les libertés accordées par la défense à Stein allaient se payer cash.

Au quart d'heure, sur un long coup franc, Furlong sauta plus haut que Verheyen dans le grand rectangle. Il parvint à remiser de la tête pour Stein qui, du crâne également, se montra plus prompt que Van der Elst, Medved et... Verlinden (1-0). Quelques minutes plus tard, Sinclair faillit déjà, sur une nouvelle possibilité aérienne, prendre une option sur la qualification... Les Brugeois sortirent alors enfin de leur torpeur par l'entremise de Buelinckx et, surtout, d'Eykelkamp qui manqua lamentablement son contrôle alors que VdE l'avait idéalement servi dans l'axe du but.

C'est au moment où les Flandriens avaient le match en main qu'ils se firent surprendre par la rage de vaincre de Stein. Ce dernier se joua comme pour rigoler d'une couverture de balle naïve de Medved le long de la ligne. Le joueur de couleur parvint à centrer vers Furlong qui, tranquillement, devança Okon et trompa Verlinden pour la 2e fois de la soirée (2-0).

En une demi-heure, le Club avait dilapidé son avantage courageusement conquis dans la Venise du Nord.

Il lui restait 45 minutes pour recoller les pots cassés. Pour ce faire, Broos lança Van der Heyden dans la bagarre. Inlassablement, les «blauw en zwart» poussèrent les troupes de Hoddle dans leurs derniers retranchements. Mais Chelsea ne plia pas. Seuls Verheyen et Van der Elst faillirent en fin de compte réussir le but du bonheur.

La bévue de Medved, sorti par Broos à une vingtaine minutes de la fin, pesa d'un poids déterminant dans la balance.

Dans leur malheur, les Brugeois perdirent encore Verlinden, évacué sur une civière après une agression de Johnsen...

Al. Ch

Chelsea : Hitchcock, Clarke, Johnsen, Sinclair, Minto (56e mn : Hall), Spackman, Peacock, Burley, Rocastle (70e mn : Lee), Stein et Furlong.

Entraîneur : Hoddle.

FC Bruges : Verlinden (80e mn : Belpaire), De Brul, Medved (70e mn : Vermant), Renier, Borkelmans, Van der Elst, Verheyen, Okon, Buelinckx (46e mn : Van der Heyden), Staelens et Eykelkamp.

Arbitre : Pairetto (Ita).

Les buts : 16e mn : Stein (1-0); 37e mn : Furlong (2-0).

Cartes jaunes : Sinclair, Johnsen.

Dirk, qu'as-tu fait là ?

LONDRES

De notre envoyé spécial

Bruges éliminé, c'est une surprise et une déception de taille, non seulement pour le Club, mais aussi pour tout le football belge qui a perdu hier à Londres son ultime représentant européen. La pilule est d'autant plus amère à avaler pour les optimistes que rien ne laissait présager le verdict ayant scellé la deuxième manche entre Chelsea et les Flandriens qui venaient de s'offrir en championnat le scalp du Sporting anderlechtois alors qu'à l'inverse, leurs adversaires, laminés par les forfaits, paraissaient éprouver les pires difficultés à justifier dans les Iles leur statut international.

Mais il faut toujours se méfier des équipes britanniques blessées dans leur chair et dans leur amour-propre. Les «Blues» l'ont encore magistralement démontré à Stamford Bridge où ils ont déployé, nonante minutes durant, un courage exemplaire, gommant à la force des jarrets leurs lacunes techniques comme leurs énormes carences d'inspiration.

Bruges, il est vrai, s'est lui-même mis la corde au cou en concédant en première période deux buts parfaitement évitables. Alors que Broos avait, depuis des jours, mis ses hommes en garde contre le danger des bombardements aériens sur phases arrêtées, Renier, peu à son affaire hier à l'image de bon nombre de ses partenaires, commit sur Furlong une faute parfaitement inutile qui allait déclencher le premier cataclysme. Mais l'erreur du Liégeois n'était que futilité en regard de l'énorme bévue, fatale celle-là, commise par Dirk Medved. La bourde de l'ex-Gantois était à ce point cousue de fil blanc qu'elle en laissa pantois Paul Okon dans l'ombre duquel jaillit Furlong pour porter à nos compatriotes le coup d'assommoir.

A 2-0, le Club, qui avait peut-être eu la naïveté ou la présomption de croire qu'il lui suffirait de paraître pour vaincre, s'épuisa vainement à marquer ce but qui l'eût tiré d'embarras. Et du désespoir. Mais malgré les permutations individuelles et tactiques apportées par leur entraîneur, en dépit de toute leur bonne volonté et de leur réaction d'orgueil, les Brugeois échouèrent dans leur entreprise, l'infortuné Verlinden devant même se sacrifier pour empêcher Chelsea d'aggraver leur amertume.

Une fois encore, le syndrome anglais aura donc été fatal aux Clubmen éliminés pour la sixième fois en huit confrontations par une équipe d'outre-Manche. John Major n'a décidément pas fini d'enquiquiner Jean-Luc Dehaene !

JEAN-LOUIS DONNAY

Une grosse

déception

pour Hugo Broos

L'entraîneur brugeois ne pouvait cacher sa déception après l'élimination de son équipe.

On connaissait les points forts et les points faibles de Chelsea. Nous n'avons donc pas été surpris par leur grande agressivité, ce qui est typiquement britannique. Malheureusement, nous avons commis deux erreurs fatales et nous avons manqué deux belles occasions par Eykelkamp et Verheyen. Enfin, il nous manquait un joueur de génie qui puisse faire la différence dans de telles circonstances.

Verlinden

blessé

Vilainement touché au genou dans un contact avec Johnsen, Dany Verlinden souffre d'un hématome au genou droit et d'une entaille à la cuisse droite. Il devrait être indisponible pour au moins une semaine. Il loupera donc le match important du Club face à Beveren et celui du milieu de la semaine prochaine face à Gand.

Hoddle :

«Pour Wise»

L'entraîneur de Chelsea était très satisfait de la prestation de ses hommes qui venaient de remonter une nouvelle fois une situation compromise à l'aller :

Chelsea a prouvé une fois de plus qu'il était capable de se sublimer en coupe d'Europe. Nous avions déjà remonté le score au tour précédant face à l'Austria Vienne. Mes joueurs ont joué comme des «pros». Enfin, nous dédions cette victoire à Dennis Wise.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une