Accueil

DROGUE: UNE "CENTRALE D'ACHATS"..., UN DEALER DE WAVRE SEVEREMENT CONDAMNE

Temps de lecture: 2 min

Drogue : une «centrale d'achats»...

Un dealer de Wavre

sévèrement condamné

Sept (très) jeunes Wavriens sur le banc d'accusation en correctionnelle : un dealer, ses cinq chauffeurs occasionnels qui le conduisaient s'approvisionner à Genk, Bilsen ou Herve, une tête brûlée s'instaurant en donneur de leçons aux policiers de Wavre.

La drogue sous (quasiment) toutes ses formes et, en inévitable toile de fond, les vols pour se procurer de l'argent.

Johan Mellaerts, qui fut détenu durant plusieurs mois, était ce revendeur de drogue qui, pour reprendre le mot juste du premier substitut du procureur du Roi Bernard, a fait beaucoup de ravages autour de lui.

Dès l'âge de seize ans, il se mit à fréquenter «boîtes» et discothèques où circulent surtout «speed» et ecstasy voire cocaïne.

Il y goûta puis se décida d'arrondir ses fins de mois en devenant fournisseur. Voyages en Hollande et en Allemagne puis à l'intérieur de nos frontières...

Il se fit pincer le 26 août 1995 en prétextant le vol de sa voiture repérée peu avant non loin de Walibi.

Il finit par reconnaître avoir mis sur pied une espèce de centrale d'achats.

Les autres prévenus ? Laurent V. (condamné à dix-huit mois de prison à Bruges pour vols, recel et faux) qui s'est installé comme indépendant dans l'Est, Stéphane G. (aux tests de sang et d'urine négatifs depuis un an, susceptible de travailler avec son père une fois fini son apprentissage sur le tas), Christophe T. (qui tenta de faire croire qu'il ignorait les activités délictueuses de son passager), Stéphane L. (victime d'un manque de pot en se faisant pincer lors d'un contrôle routier la seule fois où il véhicula Mellaerts), Christine M. (elle aussi conductrice très occasionnelle).

Un cas à part que celui de Frédéric T. de Schaerbeek. Six mois avec sursis en décembre 1992 à Bruxelles pour coups volontaires, outrages et stup.

Rebelote chez nous : insultes et gestes obscènes à l'égard de policiers de Wavre au carnaval de 1993, un vol à Louvain-la-Neuve, un port d'arme prohibée. Il nie. Son passé ne parle pas mieux pour lui que les témoins l'ayant reconnu.

- Il convient de ventiler les sanctions, suggéra M. Bernard avant que les avocats n'entament leurs plaidoiries axées qui sur le sursis qui sur la suspension du prononcé, deux faveurs d'ailleurs suggérées par le président Joseph della Faille avant d'entamer l'interrogatoire d'audience.

Le jugement a été rendu ce mercredi : trois ans et trois mois de prison avec sursis pour Mellaerts et la variété pour les chauffeurs : acquittement, suspension du prononcé, amende, trois mois ferme ou avec sursis. Le cas de Frédéric est reporté au 26 février 1997.

J. V. D.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une