Anderlecht rate le carton plein au tir aux pipes ANDERLECHT 3 LJUBLJANA 1 Oyen sur sa lancée du début de saison Le scénario catastrophe, puis un regain d'espoir HAPOEL HAIFA 3 FC BRUGES 1 Trop craintifs, les Lierrois ont planqué leur ambition en Suisse FC ZURICH 1 SK LIERSE 0 Les résultats en coupe UEFA

Temps de lecture: 14 min

Anderlecht rate le carton plein au tir aux pipes

Agressé par des Slovènes réduits à 9, Anderlecht a préservé intactes ses chances de qualification au deuxième tour de la Coupe UEFA.

Anderlecht 3

Ljubljana 1

Anderlecht se déplacera dans 15 jours à Ljubljana avec un avantage de 2 buts. Ses chances de qualification pour le deuxième tour de la Coupe de l'UEFA sont donc intactes après ce match aller au cours duquel Anderlecht s'est montré séduisant par moments face à une formation hyper-agressive (5 cartes jaunes, 2 exclusions) mais n'a pu concrétiser plus de trois fois sa domination ni sa supériorité numérique (Anderlecht a joué les 25 dernières minutes à 11 contre 9).

Après une courte période de flottement, on vit les Bruxellois esquisser de fort intéressants mouvements collectifs, ponctués par des essais d'Oyen, de Zetterberg, de Radzinki, de Baseggio. C'est finalement à la 20e minute qu'Anderlecht trouvera l'ouverture grâce à un excellent mouvement venu de la gauche, provoqué par Goor et poursuivi par Oyen avec l'appui de Zetterberg. En bout de course, Oyen croisait un tir qui se transformait instantanément en un centre idéal pour... Bajrektarevic, tout marri de tromper son propre gardien (1-0).

Mis en appétit, les Anderlechtois offraient encore quelques belles combinaisons avant le repos. Radzinski déboulait sur la droite du grand rectangle et centrait idéalement pour Köller, parfaitement placé au deuxième piquet. Le gardien slovène devait s'y reprendre à deux fois pour empêcher le Tchèque de doubler la mise. Ce qui ne tardera pourtant pas. Encore une fois, c'était Goor qui apportait le danger de la gauche, centrait pour Köller dont l'amortie ouvrait un véritable boulevard devant un Radzinski trop heureux d'envoyer une fusée dans le but visiteur (2-0). A trois reprises toutefois, en fin de première période, les avants de Ljubljana adressaient un avertissement à la défense mauve mais sans conséquence fâcheuse.

Revenus sur la pelouse avec l'intention de s'assurer une avance plus confortable face à ces Slovènes repliés et pratiquant un jeu musclé pour ne pas dire plus, Anderlecht se voyait parti pour un scénario idéal. A la 50e minute, en effet, l'arbitre turc sanctionnait d'une deuxième carte jaune une énième faute de Zulic sur Köller. Alors que l'on s'attendait à voir Anderlecht profiter de sa supériorité numérique pour forcer un scorefleuve, c'était Ljubljana qui revenait à la marque grâce à une tête d'Ekmecic sur corner (2-1).

Aucune des deux équipes ne modifiait pourtant ses batteries: Anderlecht continuait de se montrer créatif et Ljubljana agressif. Dès lors, il ne restait à l'arbitre qu'à «sortir» un deuxième Slovène, Mirtic, pour une faute sur Radzinski. Celui-ci se faisait vengeance sur la phase suivante (3-1). Mais, à 11 contre 9, les Bruxellois gaspillaient les occasions et ne faisaient pas exploser le jackpot malgré une belle partie de tir aux pipes. Anderlecht devra se contenter de 2 buts d'avance: il serait dommage qu'il ait à le regretter dans deux semaines...

J.-F. Lws

Anderlecht: De Vlieger, Brocken, Verstraeten (68e mn: Stoica), Staelens, Oyen, Goor, Baseggio, van Diemen, Zetterberg, Köller, Radzinski (80 e mn: Ekakia).

Entraîneur: Anthuenis.

Olimpija Ljubljana: Pejkovic, Kosic, Zulic, Jukic, Bajrektarevic, Ceh, Zezelj (68 e mn: Kmetec), Fridl (88e mn: Trgo), Agic, Moro (60e mn: Mirtic), Ekmecic.

Entraîneur: Perica.

Arbitre: Bosat (Tur).

Assistance: 14.500 spectateurs.

Buts: 20 e mn: Bajrektarevic c.s.c. (1-0); 35 e mn: Radzinski (2-0); 53 e mn: Ekmecic (2-1); 67 e mn: Radzinski (3-1).

Cartes jaunes: Zulic (2), Bajrektarevic, Kmetec, Köller.

Cartes rouges: Zulic (50 e mn); Mirtic (65 e mn).

Oyen sur sa lancée du début de saison

Relativement facile? Sans doute. Mais dans ce paysage européen où l'on distingue de moins en moins la frontière entre les petits et les bien nantis, ce n'était pas forcément par simple ruse que la famille anderlechtoise avait insisté, la veille de la «vraie» rentrée européenne, que ce Olimpija Ljubljana évoluait dans le même championnat qu'un certain Teatanic Maribor... Le Sporting, donc, a pris la mesure du deuxième classé du championnat slovène mais sa classe ne s'est pas suffisamment exprimée dans les chiffres.

Tout aurait cependant pu être différent et donc plus embêtant si Davy Oyen n'avait pas ouvert le score dès la 20 e minute. Dans ce genre de duels disproportionnés, le plus important, pour le grand, est de trouver la faille au sein d'un rideau hyper compact. Oyen a donc servi d'ouvre-boîte en ponctuant, avec un brin de chance il est vrai, l'un de ses inombrables déboulés sur le flanc gauche. Le Limbourgeois, fou de joie de soulager ainsi ses couleurs, était de surcroît récompensé de son excellent début de saison au RSCA. Transféré l'été dernier du Philipstadion d'Eindhoven, l'ancien protégé... d'Aimé Anthuenis à Genk retrouve peu à peu les sensations qui étaient les siennes voici deux saisons. C'est que le PSV avait déboursé quelque 80 millions de francs pour s'attacher les services d'un garçon pétri de classe que quelques problèmes de santé avaient sérieusement perturbé à l'époque où il évoluait à Saint-Trond. Oyen ne s'est pas contenté de scorer, hier soir, il a également livré une prestation pleine d'abnégation et de générosité en donnant le ton offensivement et en jouant parfois les pompiers derrière Staelens... S'il continue sur sa lancée, Oyen pourrait non seulement rappeler au grand public qu'il fut un moment Diable sous Leekens et, à défaut de convaincre les dirigeants du PSV de lui redonner une seconde chance, inciter les responsables mauves de lever l'option pour un transfert définitif.

Si Oyen a incontestablement été l'un des acteurs les plus en vue du drôle de match vécu au Parc, Thomaz Radzinski, auteur des deux autres buts bruxellois, n'est pas demeuré en reste. Le Canadien, qui n'a manifestement pas encore atteint la forme de sa fin de saison dernière, a eu bien du mérite à garder son calme tant ses jambes furent maltraitées par des hommes verts pas pacifiques pour un sou.

Heureusement pour les Mauves, il est resté entier...

Al. Ch.

Le scénario catastrophe, puis un regain d'espoir

Hapoël Haïfa 3

FC Bruges 1

HAÏFA

De notre envoyé spécial

S halom par-ci, good evening par-là et bien souvent un bonsoir dans un français repêché au fin fond de lointains souvenirs de lycée, mais venant du fond du coeur: la réputation d'hospitalité des Israéliens n'a pas été mise à mal hier soir au stade Kiriat Elizier de Haïfa où le déluge de buts a peut-être hypothéqué la suite de la campagne européenne du FC Bruges. Sous l'oeil bienveillant de policiers bonhommes, d'amazones à l'oeil de braise - mais, ne l'oublions pas, flinguées jusqu'en haut des cuisses -, et sous les vivats d'un public visiblement frustré de voir l'encombrant voisin du Maccabi fanfaronner en tête de la compétition, les champions d'Israël prenaient le round d'observation à leur avantage... mais uniquement d'un point de vue technique. Habiles manieurs de ballons, un rien crâneurs au moment de relancer depuis l'arrière quitte à prendre tous les risques pour le plaisir de réaliser le crochet-qui-tue, les idoles locales - et le mot est faible - ne parvinrent jamais à mettre réellement Verlinden à contribution. Au sortir de ces quinze premières minutes tant redoutées par René Verheyen, l'action la plus intéressante était même à porter au crédit des Brugeois, une tête de De Brul, consécutive à un corner venu de la droite, obligeant Rosso à un sauvetage à même la ligne.

Pourtant, le but qui déflora la marque tomba du côté israélien après une percée opérée au marteau-piqueur par Sivilia sur la gauche et que Turjman, plus prompt que Clément, venu à la rescousse, expédiait hors de portée de Verlinden (1-0).

Sous les Ole, ole Hapoël frénétiques, Haïfa continuait à imposer ce faux rythme un peu brésilien, fait de temporisations soporifiques puis d'accélérations subites et qui chaque fois, créaient d'inquiétants déséquilibres sur les flancs belges.

Moins de vingt minutes après son but d'ouverture, Turjman remettait le couvert après une incroyable erreur de Lembi, qui n'avait pas vu surgir l'homme dont il avait la surveillance et qui de surcroît paraissait trop en retard sur l'action pour la convertir en but (2-0).

La mi-temps pointait à l'horizon, le 4e arbitre s'emparait d'un plaquette indiquant une minutes de bonus et vlan!, un nouveau centre trouvait Sivilia oublié par une arrière-garde brugeoise affichant un manque de vivacité suicidaire en coupe d'Europe, et aboutissait sur une nouvelle réalisation (3-0). Bruges avait perdu le fil de ses idées mais pas encore celui de la soirée...

Le réaménagement tactique opéré par l'entraîneur brugeois, avec les entrées au jeu de Martens puis de Janssen, ne débouchait que sur un demi-résultat. Si le resserrement des rangs s'était traduit dans la réalisation d'un but qui se révélera peut-être fort précieux dans 15 jours en Belgique, on ne peut pas vraiment prétendre avoir vu une réaction digne d'un candidat au second tour de la C 3, le football des Blauw en Zwart demeurant par trop confus pour refléter un véritable renversement de tendance. Les aficionados du Club se consoleront en se disant que ce n'est pas la première fois qu'une équipe, ayant touché le fond l'espace d'une mi-temps, retrouve son allant au match retour et se qualifie grâce à un 2-0 qui n'aurait rien d'inimaginable.

FRÉDÉRIC LARSIMONT

Hapoël Haïfa: Avate, Talker, Halfon, Shelach, Amsalem, Rosso, Zitoni, Attar (72e mn: Azulay), Milanko, Turjman (77 e mn: Ben Margi), Sivilia (57 e mn: Missim).

Entraîneur: Gutman.

FC Bruges: Verlinden, Deflandre (46e mn: Martens), De Brul, Lesnjak, Lembi, Borkelmans, Vermant (61 e mn: Janssen), Clément, Englebert, G. Verheyen, Jankauskas (87 e mn: Schokaert).

Entraîneur: R. Verheyen.

Arbitre: Zotti (Rou).

Assistance: 6.000 spectateurs.

Buts: 19 e mn: Turjman (0-1); 33 e mn: Turjman (2-0); 45 e mn: Sivilia (3-0); 65 e mn: Jankauskas (3-1)

Cartes jaunes: Deflandre, Martens, Attar, Rosso.

Trop craintifs, les Lierrois ont planqué leur ambition en Suisse

Zurich 1

Lierse 0

ZURICH

De notre envoyé spécial

A Zurich, le Letzigrund représente le temple de l'athlétisme, pas celui du football. Ainsi étaient-ils, à peine, plus de quatre mille partisans à avoir rallier le stade zurichois. Parmi eux, un bon millier de «Pallieters» qui ne doutaient pas un instant d'un futur exploit de leur Lierse. Pour cela, il leur faudra cependant patienter au moins quinze jours...

Pourtant, Laeremans mis à part, Walter Meeuws pouvait compter sur l'ensemble de ses titulaires pour damer le pion au «FC» qui n'a jamais pu réellement sortir de l'ombre des Grashoppers voisin et qui végète cette année dans le tréfonds de la compétition hélvétique. La méfiance régnait cependant de part et d'autre ce qui rendit un premier tiers de rencontre pauvre en émotions même si dans le camp visité on sentait déjà poindre progressivement le danger.

Appliqués et toujours organisés, leurs hôtes placèrent déjà alors leur première banderille presque toujours sur phase arrêtée. Trop peu sûres, les sorties de Patrick Deman permirent notamment à Bartlett de placer le ballon à côté d'un but vide. A la demi-heure, le portier lierrois, animé de la louable volonté d'offrir un peu d'aide à ses défenseurs s'aventura exagérément au-delà du point de penalty pour boxer un ballon qui aboutit dans les pieds de Jamarauli. Sans se poser de questions, le stratège géorgien l'expédia dans la cage désertée au prix d'un joli lob précis exécuté sans contrôle, s'en suivirent plusieurs nouveaux envois osés qui constituèrent autant de preuves de la confiance retrouvée des Zurichois. Sans paniquer, les ouailles de Meeuws eurent le mérite de faire alors le gros dos puis de réagir. Juste avant la pose, Robby Van de Weyer loupa l'opportunité de ponctuer victorieusement un mouvement ébauché avec Zdebel, le plus inspiré de ses coéquipiers.

Peu auparavant, une tentative de Snoeckx avait survolé de peu la cage de Pascolo. Tiraillé entre la volonté d'égaliser et la hantise d'un contre meurtrier qui est la spécialité locale, jamais les Campinois ne se lancèrent dans une offensive effrénée en vue de résorber leur retard. Un attentisme qui s'imposait peut-être tant les Zurichois profitèrent du moindre des espaces qui leur étaient laissés. Sur un centre au cordeau de Frick, il s'en fallut d'un cheveu pour que le coup de tête de Chasso ne double les économies de son équipe en vue du déplacement en Campine.

A l'entame du dernier quart d'heure, Walter Meeuws fit monter le jeune prodige Sten Huysegens à la place de Cavens d'une insigne discrétion. Le jeu dispensé par ses joueurs ne s'envola pas pour autant, et le domaine de Pascolo demeura donc pour son propriétaire un lieu de villégiature sans soucis majeur. Seul Sommers, décalé sur son flanc gauche, se trouva un fois en position de tirer dans les filets...latéraux.

Si avec ce score, la cause des Lierrois n'est pas perdue, leur mission s'annonce désormais de plus en plus ardue. Au terme de cette rencontre, leurs adversaires avait en effet le sentiment d'avoir réalisé le plus dur. Chaussée du Lisp, ils seront dans la position qu'ils affectionnent: défendre...

VINCENT LOTHAIRE

FC Zurich: Pascolo, Djordjevic (71 e mn: Andreoli), Stocklasa, Quentin, Chassot (79e mn: Akle), Eydelie, Sant'anna, Jamarauli, Kavelashvili (67e mn: Delsignore), Bartlett, Frick.

Entraîneur: Ponte.

Lierse SK: Deman, Shekiladze, Hoefkens, Van Meir, Daens, Leen, Snoecks, Somers, Zdebel, Cavens (72e mn: Huisegens), Van de Weyer (80 e mn: Huysmans).

Entraîneur: Meeuws.

Arbitre: Mc Curry (Sco).

Assistance: 4.200.

But: 30 e mn: Jamarauli (1-0).

Carte jaunes; Frick, Jamarauli.

Au Parc Astrid

Anthuenis: C'est un résultat insuffisant quand on joue à 11 contre 9 pendant une demi-heure. J'espère que ce sera assez mais 4-1 aurait été un score plus confortable. Je regrette la nonchalence coupable de ma défense sur le but slovène: on en reparlera ce jeudi à l'entraînement...

Verstraeten. J'étais le premier choix de l'entraîneur mais à Anderlecht, on ne peut jamais être sûr de sa place.

Baseggio: On a eu les possibilités de tuer tout suspense pour le retour mais on a malheureusement manqué d'un brin de chance à la conclusion.

De Vlieger: Bien sûr le but qu'on encaisse gâche un peu la soirée mais, croyez-moi, il n'était pas simple de trouver la faille dans une défense slovène fort regroupée. 3-1, c'est un peu juste mais je suis confiant pour le retour.

Radzinski: Trop juste ce 3-1, c'est exact, mais il ne faut toutefois pas se plaindre. Je n'ai pas arrêté de sauter, ce soir, pour éviter les coups!

Zetterberg: Je suis cassé! Regardez mes jambes... Cet arbitre s'est montré bien trop laxiste et aurait pu distribuer plus que deux cartes rouges. Je ne veux pas prendre cela comme excuse car le but qu'on prend est vraiment bête mais cela explique que nous n'avons pas réussi un score plus impressionnant.

Au Kiriat Eliezer

Verheyen: C'est tout de même un coup de massue. On va parler ensemble car la défense constitue notre point fort. Au retour, il ne faudra pas trop réfléchir.

De Brul: Ils nous ont tués sur les flancs! Mais je sens que ce but va faire la différence.

Englebert: Ce n'était pas bon, mais ils inscrivent trois buts sur leurs trois seules occasions du premier acte.

Vanhove: Outre la perspective de droits TV et d'entrées futures, une élimination constituerait une perte sèche de 4,5 millions, soit le coût des lointaines expéditions à Viljandi et à Haïfa. Mais avec ce but inscrit à l'extérieur, je n'ose croire à une catastrophe, même si je ne comprends pas trop cette disposition tactique en 5-3-2.

Renvoi. Initialement désigné pour officier lors de l'affrontement israélo-belge d'hier soir, l'arbitre russe Igor Khussaïnov et son trio d'assistants ont été purement et simplement renvoyés dans leurs foyers par l'UEFA. Motif: leur état d'ébriété plus qu'avancé à la veille du match. En catastrophe, la Commission européenne des arbitres a envoyé un quatuor roumain en Terre Promise, débarqué par hélicoptère à Haïfa.

Nader el-Sayed. Présent sur le banc à Haïfa en raison de la blessure à la cheville de Vande Walle, l'international égyptien n'est plus considéré que comme le troisième gardien brugeois. Mécontent de son sort, il rencontrera prochainement sa direction dans l'espoir que celle-ci le libère. Le club écossais d'Aberdeen s'est manifesté auprès de son manager.

Calendrier. Le déplacement de Bruges à Westerlo dans le cadre de la 8e journée, initialement prévu le samedi 2 octobre, sera plus que probablement décalé au dimanche 3 à 15 heures. Comme le prévoit le règlement, le Club entend exiger qu'il y ait 72 heures entre le match retour de C 3 contre l'Hapoël Haïfa et une rencontre de championnat.

Au Letzigrund

Meeuws: Ce fut assez mauvais en première période, notamment en milieu de terrain. Par la suite, ce fut un peu meilleur même si je reste assez déçu de la prestation d'ensemble de mes attaquants. Au total, on ne s'est créé que deux véritables occasions. Malgré le but stupide encaissé, le score n'est pas mauvais en soi même s'il est très dangereux pour le match retour. On ne pourra pas s'autoriser le luxe d'encaisser un but chez nous. Or, si nous avons mal joué aujourd'hui, c'est aussi parce que notre adversaire a évolué à un très bon niveau.

Van de Weyer: L'ancien attaquant de Westerlo était visionné par le Besiktas Istanbul, D 1 turque. C'est l'ancien arrière gauche de la Mannschaft en personne, Hans-Peter Briegel, qui s'était déplacé à Zurich pour suivre également dans l'autre camp l'attaquant sud-africain Shaun Bartlett .

Van Meir: Nous n'avons pas été suffisamment précis. Zurich est solide, bien sûr, mais on a, je pense, les moyens de les battre.

Les résultats en coupe UEFA

PREMIER TOUR

ER Belg.(You) - Montpellier (Fra) 0-1

Part. Belgrade (You) - Leeds (Ang) 1-3

Wolfsburg (All) - Debrecen (Hon) 2-0

Steaua Bucarest (Rou) - Linz (Aut) 2-0

Stabaeck (Nor) - La Corogne (Esp) 1-0

Udinese (Ita) - Aalborg (Dan) 1-0

Helsinki (Fin) - Lyon (Fra) 0-1

Salonique (Grè) - Servette FC (Sui) 1-1

Bratislava (Svq) - Rapid Vienne (Aut) 1-0

Omon. Nicosie (Chy) - Juventus (Ita) 2-5

Ajax (P-B) - Banska Bystrica (Svq) 6-1

FK Bodo (Nor) - Werder Brême (All) 0-5

Helsingborg (Suè) - Lvov (Ukr) 1-1

Lausanne (Sui) - Celta Vigo (Esp) 3-2

Skonto (Let) - Lodz (Pol) 1-O

Parme AC (Ita) - Krivoi Rog (Ukr) 3-2

Teplice (Tch) - Ferencvaros (Hon) 3-1

Tottenham (Ang) - Chisinau (Mol) 3-0

Atl. Madrid (Esp) - MKE Ankara (Tur) 3-0

Maccabi Tel Aviv (Isr) - Lens (Fra) 2-2

Baia Mare (Por) - Vit. Arnhem (P-B) 1-2

Monaco (Fra) - St-Johnstone (Eco) 3-0

Kutasai (Géo) - AEK Athènes (Grè) 0-1

West Ham (Ang) - Osijek (Cro) 3-0

Lok. Tbilissi (Géo) - PAOK (Grè) 0-7

Wronki (Pol) - Brondby (Dan) 2-0

AS Rome (Ita) - Vitoria Setubal (Por) 7-0

Anderlecht - Ljubljana (Sln) 3-1

Poznan (Pol) - Göteborg (Suè) 1-2

Celtic (Eco) - Hapoel Tel-Aviv (Isr) 2-0

Olomouc (Tch) - Majorque (Esp) 1-3

Copenhague (Dan) - Grasshop. (Sui) 0-2

CSKA Sofia (Bul) - Newcastle (Ang) 0-2

Benfica (Por) - Din. Bucarest (Rou) 0-1

Hungaria (Hon) - Fenerbahce (Tur) 0-0

Viking (Nor) - Sport. Portugal (Por) 3-0

Graz AK (Aut) - Trnava (Svq) 3-0

Ionikos (Grè) - Nantes (Fra) 1-3

Hapoel Haïfa (Isr) - FC Bruges 3-1

Famagouste (Chy) - Varsovie (Pol) 1-0

Gorica (Sln) - Panathinaïkos (Grè) 0-1

St-Petersbourg (Rus) - Bologne (Ita) 0-3

Roda JC (P-B) - Donetsk (Ukr) 2-0

Kaisersl.(All) - Kilmarnock (Eco) 3-0

Hadj. Split (Cro) - Levski Sofia (Bul) 0-0

Lyngby (Dan) - Loko. Moscou (Rus) 1-2

Vojvodina (You) - Slav. Prague (Tch) 0-0

FC Zurich (Sui) - Lierse 1-0

Chargement
Le fil info
Tous

En direct

Le direct

    La Une Le fil info Partager

    Allez au-delà de l'actualité

    Découvrez tous les changements

    Découvrir

    À la Une