Accueil

L'ONU évalue ses interventions avec lucidité Le Rwanda, le pire échec de cette fin de siècle Srebrenica, l'impuissance jusqu'à l'abandon

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

L'ONU évalue ses interventions avec lucidité

Les casques bleus sont trop souvent menacés. Ce n'est pas une fatalité. Un rapport d'experts tranche dans le vif.

Au Rwanda, lors du génocide de 1994, ou à Srebrenica, pendant le massacre de 1995, les casques bleus étaient là. Désarmés. Paralysés. Inutiles. Comble de l'absurdité, et la Belgique ne s'en souvient que trop bien, cette impuissance tue parfois les émissaires de la paix.

Comment des casques bleus peuvent-ils se retrouver en de telles situations absurdes, témoins figés de drames atroces, sans d'autre possibilité de réaction que la fuite?

Il n'était plus possible de ne répondre à cette question que par le fatalisme. Et Kofi Annan, le secrétaire général des Nations unies, a demandé à un groupe d'étude constitué de huit personnalités indépendantes (le «Groupe d'étude sur les opérations de paix de l'ONU») d'évaluer les insuffisances du système actuel et de lui faire des recommandations franches, précises et réalistes en vue de le modifier.

PAS DE LANGUE DE BOIS

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs