SELECTION

CINÉMA

Un dino chez Disney

Les studios Disney mettent la gomme pour leur nouveau dessin animé - une façon de parler puisque «Dinosaure» est entièrement réalisé par ordinateur. Les personnages de synthèse ont en effet été intégrés à des décors naturels filmés dans les plus beaux coins de la planète, première dans le cinéma d'animation. «Dinosaure» narre les aventures d'Aladar, un petit iguanodon recueilli à sa naissance par un troupeau de lémuriens. Nageant en plein bonheur, le gringalet est néanmoins contraint de fuir avec sa bande après qu'un météorite se soit écrasé sur son île. C'est durant cette fuite pleine de rebondissements qu'il fera la rencontre de ses contemporains... Véritable succès aux Etats-Unis et aussi instructif que les docus de la BBC, ce petit bijou s'adresse à tous.

«Dinosaure», dans les salles.

EXPOSITION

Autocritique d'un musée

Le musée de l'Afrique de Tervuren possède des collections mondialement reconnues, mais cela ne l'empêche pas d'adopter une idéologie pour le moins ringarde à leur égard. II sent la naphtaline, au propre comme au figuré. Comment y remédier ? En nommant par exemple un conservateur, ce qui est une autre histoire. En attendant cette petite merveille, Boris Wastiau, commissaire, a monté une expo autocritique où l'on retrouve, éclatés, les plus beaux chefs-d'oeuvre ethnographiques du musée. Se mêlent à ceux-ci les travaux d'artistes contemporains chargés d'offrir une autre lecture de ce patrimoine. Un premier pas vers une prise de conscience sur le rôle parfois réducteur et figeant de la muséologie.

«ExitCongoMuseum, un siècle d'art avec/sans papiers», jusqu'au 24/6 au musée royal de l'Afrique centrale, 13 Leuvensesteenweg, 3080 Tervuren, 02-769.52.11.

THÉATRE

Latente attente

Cela fait près de 50 ans que Vladimir et Estragon attendent Godot et ce n'est pas leur défunt auteur, Samuel Beckett, qui viendra mettre un terme à leur attente. D'abord, la pièce qu'il a écrite est bien trop bonne, ensuite elle jouit au National d'une mise en scène qui ne l'est pas moins. Lorent Wanson donne au texte de l'Irlandais des résonnances actuelles: et si les deux clochards étaient tout simplement de jeunes démunis? Des jeunes qui attendent du boulot par exemple, un certain sens dans cette vie où même les vaches sont timbrées. L'absurdité bat son plein: on a envie de shooter dans la mécanique pour lui redonner un rythme et interrompre le statisme.

«En attendant Godot», jusqu'au 22/12 au Théâtre national de la Communauté wallonie-Bruxelles, centre Rogier, 1210 Bruxelles,

02-203.53.03, et du 10 au 18/1 à Charleroi.

CINÉMA

Un bon petit poulet

D'eux on connaissait déjà les savoureux Wallace et Gromit. Cette fois, c'est Rocky qu'ils nous présentent, un coq ricain, bien en pâte - à modeler - au ramage aussi brillant que le plumage. «Chicken Run», le nouveau long métrage d'animation de Peter Lord et Nick Park, se déroule dans une basse-cour dont le proprio est très porté sur la production industriello-intensive. Un peu le genre de schéma rencontré actuellement dans nos terroirs... La volaille est condamnée à pondre un oeuf sur l'autre avant de finir dans une quiche. Sombre perspective s'il n'était cet espoir incarné par Rocky. Les personnages, décors, scénario... sont terribles. On se marre devant cette métaphore de notre société où rentabilité ne rime définitivement pas avec liberté.

«Chicken run», dans les salles dès le 13/12.

MUSIQUE

Marseille sur Senne

C'est «Noël au balcon...» avant l'heure, une chaleur bienfaisante dans le froid hivernal, une oasis en plein désert, bref un bon moment que nous réservent les halles de Schaerbeek. La «Nuit marseillaise» programmée le 16 décembre nous offre un joli topo de l'effervescence artistique bouillonnant dans la ville. Parce que Marseille n'est pas que cigales, pastis et pétanque. Parce que Marseille est aussi le fief de Massilia Sound System, chantre du folklore occitan, de Barrio Chino ou des Troublemakers. Allez-y ou plutôt, soyons comiques, aïoli!

«Nuit marseillaise», le 16/12 aux halles de Schaerbeek, 22 rue Royale-Sainte-Marie, 1030 Bruxelles, 02-218.21.07.

SPECTACLE

Un duo qui tue

Un petit gus endimanché dans son beau costume rouge, un bonnet de rasta sur la tête, se la joue «Bob». Se pâmant devant sa sérénade, une longue bringue juchée sur des talons déhanche un corps trop raide. Echange de rôles: la comédienne embrasse le micro et prend des allures de bergère pour séduire le chanteur. Le duo Marka - Bibot fonctionne, l'un et l'autre se soutenant avec tendresse. Mis en scène par Nathalie Uffner, leur spectacle chanté passe en revue les poncifs de la chanson, du rockabilly au heavy metal en passant par le flamenco. C'est drôle, simple, délirant. Que ceux qui les avaient ratés l'an passé ne renouvellent pas cette bavure.

«A nous deux», du 12 au 15/12, au Botanique, 236 rue Royale, 1210 Bruxelles, 02-218.37.32, et le 22/12 au Théâtre de La Louvière, place Communale, 7100 La Louvière, 064-21.51.21.

CIRQUE

Avanti la commedia!

Dans la myriade des cirques qui ont planté leurs chapiteaux à Bruxelles, Il Florilegio n'est certainement pas le moins magique. La troupe des frères Togni propose cet hiver un nouveau spectacle, toujours fidèle à la tradition de la commedia dell'arte italienne. Roulottes de bois, caravanes scintillantes ornées de velours et manèges Belle Epoque vous tendent chaleureusement les bras. A moins que ce ne soient les enfants qui vous y tirent par la main...

«Il Florilegio», jusqu'au 17/12 à l'Hippodrome de Boitsfort, 51 chaussée de La Hulpe, 1170 Bruxelles, 02-673.39.93.