Enghien Nouveau défi théâtral Le Blé vert abat les masques

Enghien Nouveau défi théâtral

Le Blé vert abat les masques

MYRIAM MARIAULLE

La troupe de théâtre amateur d'Enghien, à l'âge de l'adolescence, a l'art de porter sur ses épaules des initiatives de plus en plus poussées, originales, et donc exigeantes.

Ce week-end, son entrée en scène dans la peau de personnages masqués, sujets à mille et une intrigues, aura été précédée, l'air de rien, d'un travail de longue haleine.

Le Blé vert, dans la perspective de son rendez-vous annuel avec le public, a commencé il y a un an une initiation à la commedia dell'arte, et ce pour que le verbe colle sans faux pli aux gestes, aux costumes et surtout aux nouveaux « visages » en jeu.

Les Enghiennois, soucieux de ne laisser aucun détail échapper à leur maîtrise, ont été jusqu'à s'investir dans la création de masques.

Depuis que, pour jouer « Judas » de Pagnol, il a dû mobiliser un nombre fou de figurants, le Blé vert se lance régulièrement des défis. Une récente année, il interprétait même une pièce de sa création, intitulée « Titje le fabuleux » en référence à l'histoire locale.

La troupe, dont le nom est un clin d'oeil à l'emblème des patros, a vu le jour voici treize ans. Le théâtre est un lieu de rencontre où les anciens perpétuent l'esprit du mouvement de jeunesse. Si nous jouons pour le plaisir, nous veillons à obtenir un résultat le plus professionnel possible, explique la présidente Dominique Cochez.

Caressant depuis belle lurette le voeu d'une expérience de théâtre masqué, le Blé vert a un jour envoyé ses observateurs à Braine-le-Comte où de la commedia dell'arte était à l'affiche.

Ceux-ci en revinrent conquis, d'autant qu'une rencontre les fixait définitivement dans leur projet, soutenu plus tard par la Province. Nous avons là croisé Lucia Picaro, dont l'originalité est de sculpter des masques (NDLR: « Le Soir » a interviewé cette habitante de Chapelle-lez-Herlaimont à l'occasion de son perfectionnement à la culture du masque auprès d'un maître javanais, en Indonésie).

Elle était tellement passionnée en nous parlant de son art qu'elle nous a donné l'envie d'aller jusqu'au fond des choses. Nous l'avons invitée à diriger notre mise en scène, explique Dominique Cochez, présidente de la troupe.

Croquis, terre glaise, aluminium, peinture... ont conduit à la création de dix-neuf masques en papier mâché, l'automne dernier, en la salle Pax à Enghien. La dizaine de comédiens n'étaient pas les seuls à mettre la main à la pâte, mais étaient rejoints par les acteurs de l'ombre de la troupe, grisés à l'idée de garder de cette expérience un souvenir personnel.,

Les masques minutieusement peaufinés prendront vie ces 30 et 31 mai, ainsi que ce samedi 1er juin, sur les planches de la salle « Pax ». Au programme: « Arlequin, serviteur des deux maîtres » de Goldoni.·

Infos: www.blevert.pit-it.com